•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Est-du-Québec veut se doter de Régionair, son propre service aérien

L'affiche de l'aéroport et des bâtiments derrière.

La direction de l'aéroport régional de Mont-Joli travaille à la création d'un nouveau service aérien régional.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada

La direction de l'aéroport régional de Mont-Joli travaille à mettre sur pied Régionair dès septembre pour remplacer les liaisons aériennes suspendues par Air Canada.

C'est à la suite de la récente annonce d'Air Canada de suspendre indéfiniment 30 liaisons régionales qu'un comité consultatif a été créé pour élaborer une solution de rechange durable.

Les membres de ce comité visent notamment à bonifier la desserte aérienne d'un transporteur existant qui dessert déjà toutes les régions du Québec, dont Montréal, pour pouvoir s'arrimer aux autres transporteurs.

Dans un document de travail obtenu par Radio-Canada, on peut lire qu'un consultant, Ron Tuggey, a déjà été mandaté pour rencontrer toutes les parties et évaluer les besoins des aéroports à desservir.

Un service dès septembre?

Dans un premier temps, on regardait l'Est-du-Québec, mais par la suite on a reçu des appels d'un peu partout, Val-d'Or, Rouyn-Noranda, Bagotville. Donc, il y a de l'intérêt sur l'ensemble du territoire d'embarquer dans ce type de projet, explique le porte-parole du projet et président de la Régie intermunicipale de l'aéroport régional de Mont-Joli, Bruno Paradis.

Ça va dépendre de la collaboration des gouvernements, parce qu'il y a des délais administratifs, mais si on a des moyens d'accélérer tout ça, on pense être en mesure d'offrir un service dès le mois de septembre.

Bruno Paradis, porte-parole du projet Régionair et président de la Régie intermunicipale de l'aéroport régional de Mont-Joli

Le cabinet du ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a confirmé avoir reçu le projet, et assure que toutes les options seront analysées de manière rigoureuse.

On va prendre en considération les besoins en desserte de toutes les régions intéressées, on va en déterminer le coût, on va aller demander du financement au niveau du provincial et du fédéral, précise la directrice générale de l'aéroport de Mont-Joli, Chantal Duchesne.

On possède nos aéroports, c'est le gros avantage qu'on a. Il nous manque juste la ligne aérienne.

Bruno Paradis, porte-parole du projet Régionair et président de la Régie intermunicipale de l'aéroport régional de Mont-Joli

Marcel Furlong, le préfet de la MRC de Manicouagan qui est propriétaire de l'aéroport de Baie-Comeau, a appris l'existence de ce projet lorsqu'il a reçu le document de travail de Régionair lundi après-midi. Pour lui, ce document fourni par ses collègues de Mont-Joli est un bon point de départ, mais il mérite d'être amélioré.

Le tracé semble quand même intéressant avec un point de jonction à Mont-Joli pour l'ensemble des voyageurs qui partiraient de l'Est-du-Québec. Maintenant, quand il va y avoir d'autres offres dans le marché, est-ce que les gens de Sept-Îles, par exemple, qui vont vouloir voyager directement à Montréal ou à Québec, vont accepter de continuer sur Régionair et voyager vers Sept-Îles, Baie-Comeau, Mont-Joli, Rivière-du-Loup? Ça fait beaucoup d'arrêts, affirme M. Furlong.

De son côté, le maire de Matane, Jérôme Landry, s'est montré très enthousiaste face à ce projet de Régionair. C'est vraiment l'occasion unique de revoir cette chaîne logistique là du transport aérien pour qu'on puisse enfin avoir, en région, un service qui a du sens, a indiqué M. Landry. Un peu comme on retrouve dans d'autres provinces canadiennes. En Ontario, entre autres, ils n'ont pas cette problématique-là, alors qu'ils ont quand même de grandes distances. Alors, comment ça se fait qu'au Québec, on n'est pas capable, encore, d'avoir ce type de service là? Il est temps qu'on trouve la solution et je pense qu'on est bien partis.

Quelle est la suite du projet?

Après cette première étape, un plan stratégique sera élaboré en vue de la création d'une régie du transport aérien qui donnera par entente contractuelle le nolisement de la desserte aérienne et sera responsable de la vente des billets. Un appel d'offres sera d'ailleurs lancé pour la mise en place de cette régie.

Le document précise que toutes les municipalités et les aéroports du Québec sont invités à se joindre à la régie.

Le système de réservation sera pour sa part assuré par le projet Régionair.

Les données préliminaires permettent de penser que le projet a toutes les qualités pour être à la fois rentable, solide et à faible coût pour la population, peut-on lire dans le document de travail.

Avec les informations de Marie-Jeanne Dubreuil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports