•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vélos électriques toujours populaires malgré la fin de la subvention à Edmonton

Des vélos électriques.

Le prix d'un vélo électrique varie de 2 000 $ à 10 000 $.

Photo : Kelly Hodgson/United Sport and Cycle

Radio-Canada

Si certains amateurs de cyclisme se disent déçus par l’annulation du programme de remise sur les vélos électriques de la Ville d’Edmonton, les propriétaires de magasins, eux, continuent de bénéficier de la vague d'engouement qu'a suscité ce rabais éclair. 

Le programme de remise avait pour objectif d'aider les particuliers à s’acheter un vélo électrique en payant 30 % de son prix, jusqu'à concurrence de 750 $, sur une période de trois ans.

Cinq jours après le lancement du programme le 3 juin, la Ville avait reçu près de 700 demandes du public, selon la conseillère municipale responsable du programme, Stephanie McCabe.

Kelly Hodgson, responsable des opérations marketing chez United Sport and Cycle, a qualifié la réponse du public d'extraordinaire.

Les gens faisaient littéralement la queue devant le magasin, dit-elle, ajoutant que le nombre de courriels, d’appels et de demandes d’informations sur les réseaux sociaux est aussi en hausse.

Même son de cloche du côté du Revolution Cycle, à Edmonton, où le responsable des relations publiques, Michael MacFynn, a déclaré avoir vendu quatre fois plus de vélos que d'habitude le week-end suivant le lancement du programme.

Clientèle toujours au rendez-vous

L'engouement vis-à-vis des vélos électriques est toujours aussi fort malgré la fin de la subvention, notent Kelly Hodgson et Michael MacFynn.

Nous continuons de vendre les vélos tous les jours.

Kelly Hodgson, responsable des opérations marketing chez United Sport and Cycle

Mme Hodgson pense que cela est dû à la campagne de sensibilisation associée au programme de la Ville qui a fait prendre conscience aux gens que ces vélos sont faits pour tout le monde.

Les gens plafonnaient probablement à 20 km/h, mais sont désormais curieux de voir à quoi ressemblerait un trajet de 60 km/h à 70 km/h avec l’aide d’un vélo électrique.

Selon elle, les gens sont attirés par les vélos électriques pour plusieurs raisons comme la forme physique, une mobilité accrue et une réduction des frais de déplacement domicile-travail. Elle note cependant l’arrivée d’une nouvelle clientèle en raison de la pandémie de COVID-19.

Un certain nombre d'entre eux disaient : c'est notre argent d'Hawaï ou c'est notre argent du Mexique lorsque nous prévoyions de partir en vacances, dit-elle. Évidemment, avec ce qui se passe avec la COVID-19, ils voulaient profiter davantage de notre ville, de notre province, et faire du vélo électrique.

Programme superflu pour certains

La semaine dernière, le conseiller Scott McKeen a demandé au conseil municipal de mettre fin aux deux années restantes du programme, après avoir reçu des plaintes de nombreuses personnes qui trouvaient que le programme était superflu et qui y voyaient une dépense mal investie en temps de pandémie.

Les conseillers Aaron Paquette et Ben Henderson et le maire Don Iveson ont voté pour le maintien du rabais qui, selon eux, contribue à soutenir la stratégie de transition énergétique de la Ville pour réduire les gaz à effet de serre.

Scott McKeen, qui possède un vélo électrique depuis plusieurs années, a déclaré qu’il se sentait coupable des deux côtés et qu’il soutiendrait à l’avenir un autre programme avec des remises de 100 $.

De 500 $ à 750 $, c'est bien plus d’argent que beaucoup de gens ne dépasseraient jamais en vélo.

Scott McKeen, conseiller municipal d'Edmonton

Donc, c'était vraiment un programme pour les gens avec des moyens - qui ont déjà des moyens financiers et plus d'argent, conclut-il.

Sur les 700 demandes reçues, 80 personnes bénéficieront du rabais de la Ville.

Avec les informations de Natasha Riebe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Activités sportives