•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairesse de Chandler à nouveau devant la Commission municipale

Louisette Langlois dans la salle du conseil municipal de Chandler.

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, doit comparaître devant la Commission municipale du Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

La comparution de la mairesse de Chandler, Louisette Langlois, devant la Commission municipale du Québec, a commencé lundi matin. Elle doit répondre à 21 manquements présumés en déontologie.

Mme Langlois comparaît devant le tribunal administratif de la Commission municipale, qui est présidée par la juge administrative Sandra Bilodeau.

La Commission lui reproche 21 manquements, principalement en raison de sa gestion de deux plaintes pour harcèlement psychologique déposées à son endroit par des employés de la Ville de Chandler en septembre 2018.

Ces manquements présumés portent sur la qualité du service rendu aux citoyens, la divulgation d’information confidentielle et un conflit d’intérêts.

Selon l'enquête de la Commission, la mairesse aurait notamment contrevenu à quatre reprises à l'article 6 du Code d'éthique et de déontologie des élus en divulguant le nom des employés qui ont porté plainte à son endroit. Elle aurait aussi omis de divulguer des intérêts personnels.

Le conseiller municipal Bruno-Pierre Godbout a été le premier témoin appelé à la barre lundi matin. En après-midi, c'est l'avocat de la Ville, Philippe Asselin, qui a été appelé à témoigner.

L'audience, qui doit se poursuivre jusqu'au 10 juillet, servira à présenter la preuve et à entendre différents témoins. Au total, les avocats de la Commission prévoient appeler sept témoins à la barre, tandis que les avocats de Mme Langlois en appelleront huit. Les plaidoyers doivent avoir lieu le 23 juillet.

Louisette Langlois a déjà été suspendue à deux reprises en 2016 pour des manquements déontologiques survenus en 2012 et en 2014.

Avec les informations de Martin Toulgoat

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Politique municipale