•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traverser la Saskatchewan à pied pour lutter contre le suicide chez les Autochtones

Tristen Durocher (à gauche) et Chris Merasty (à droite) marchent sur une route.

Tristen Durocher (à gauche) a l'intention de commencer une grève de la faim une fois qu'il sera arrivé à Regina.

Photo : Kandis Riese

Radio-Canada

Deux hommes de Buffalo Narrows, dans le nord de la Saskatchewan, ont décidé de traverser la province à pied afin de sensibiliser les habitants aux nombreux suicides dans les communautés autochtones.

Tristen Durocher et Chris Merasty ont quitté Air Ronge jeudi et prévoient de marcher 635 kilomètres jusqu’à l’Assemblée législative, à Regina. Le périple pourrait durer environ 20 jours, mais les deux hommes ne sont pas pressés, puisqu’ils sont constamment rejoints par des personnes désireuses de montrer leur appui à la cause.

Des personnes âgées de La Ronge se sont jointes à nous pour une partie de la marche. Nous écoutons notre corps, nous allons au rythme de ceux qui viennent offrir leur soutien, affirme Tristen Durocher, 24 ans.

Le défi que se sont lancé les deux hommes vise non seulement à sensibiliser la population au fléau des suicides dans les communautés autochtones, mais aussi à protester contre le rejet d’un projet de loi sur la prévention du suicide à l’Assemblée législative de la Saskatchewan.

Le projet de loi en question, présenté par le député néo-démocrate de Cumberland, Doyle Vermette, aurait obligé la province à reconnaître le suicide comme une priorité en matière de santé et de sécurité, mais aussi comme un problème de santé publique.

[Le projet de loi] a été élaboré grâce à des consultations avec les communautés du Nord, les dirigeants, les familles qui ont perdu des êtres chers. J’ai aimé que ça provienne de nos communautés, indique Tristen Durocher.

Plusieurs communautés autochtones de la Saskatchewan ont déclaré l’état d’urgence dans le passé et rien n’a été fait [pour corriger la situation]. [Les députés] doivent à leurs résidents des services en santé mentale, ajoute-t-il.

Chris Merasty et Tristen Durocher marchent sur une route.

Chris Merasty et Tristen Durocher ont commencé leur périple le 2 juillet.

Photo : Kandis Riese

La Saskatchewan a toutefois présenté en mai sa propre stratégie de prévention du suicide, qui a pour objectif d’améliorer le soutien et la formation spécialisée dans la province. Il prévoit aussi une augmentation des ressources consacrées à la recherche.

Le Bureau du coroner de la Saskatchewan a signalé que 2338 personnes se sont suicidées entre 2005 et 2019 dans la province, alors que 28 % d’entre elles étaient autochtones.

Une grève de la faim une fois à Regina

Tristen Durocher confie qu’il commencera une grève de la faim une fois arrivé à Regina et qu’il jeûnera jusqu’à ce que le gouvernement de la Saskatchewan adopte une loi qui peut changer les choses.

Je meurs de faim en solidarité avec nos enfants qui meurent littéralement de faim et ceux qui meurent de faim au sens figuré pour obtenir l’égalité. Ils meurent de faim pour la justice, pour leur appartenance, pour leur culture.

Tristen Durocher

S’ils ne font rien [pour s’attaquer au problème des suicides], je suis prêt à laisser ma famille m’enterrer parce que ça doit être montré au Canada et au monde, conclut-il.

Avec les informations de Jennifer Francis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Suicide