•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs projets pour les écoquartiers D'Estimauville et de la Pointe-aux-Lièvres

À l'arrière-plan : un immeuble en construction... devant : un module de jeux pour enfant fraîchement installé.

Un immeuble de l'écoquartier D'Estimauville en construction

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Le développement des écoquartiers D’Estimauville et de la Pointe-aux-Lièvres va bon train, selon la Ville de Québec. Jusqu’à présent, 635 logements sont construits ou en construction. À terme, 1300 unités devraient être construites pour loger 5000 personnes.

Les terrains qui appartiennent à la Ville de Québec sont pratiquement tous vendus. Selon le maire, Régis Labeaume, des négociations sont toujours en cours concernant la vente de trois terrains à l'est de l’écoquartier D’Estimauville.

Pour ces deux écoquartiers, il reste un potentiel de 700 logements supplémentaires à développer.

En comptant les gens qui vont y travailler, on frise les 8000 personnes dans les deux écoquartiers, alors que jadis, il y a une dizaine d'années, plus personne n'y habitait. Ces terrains-là étaient complètement dévitalisés. Je pense qu'on peut dire qu'on a réussi notre plan, affirme Régis Labeaume.

Écoquartier D’Estimauville

Pour ce qui est de l’écoquartier D’Estimauville, la construction d’un projet de 192 logements a débuté lundi.

Deux esquisses de projets en cours. À droite, un immeuble de bureaux avec des arbres à l'avant et, à gauche, des logements avec un grand espace vert. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deux exemples de projets en cours pour l'écoquartier D’Estimauville. À gauche, un projet d'immeuble de logements et, à droite, celui des bureaux de la CNESST.

Photo : Ville de Québec

Des 90 habitations construites jusqu'à maintenant dans l’écoquartier situé à l’angle de l’avenue D’Estimauville et du boulevard Sainte-Anne, on compte 70 logements sociaux et 20 maisons en rangée, tandis que 206 logements supplémentaires sont en construction.

L’aménagement du parc des Gazouillis, sur la rue des Moqueurs, débutera également cet été, tout comme l’aménagement d’un jardin communautaire, qui sera accessible à partir du printemps 2021.

Le nouveau siège social de la CNESST accueillera 1850 employés et un Centre de la petite enfance d’au moins 80 places, à compter de l’an prochain.

Écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres

Pour l’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres, 272 logements sur une possibilité d’un peu plus de 900 sont occupés ou en construction.

Des vérifications sont en cours pour conclure la vente de deux terrains, un qui devrait accueillir un projet de 82 logements locatifs et l’autre pour la construction de 180 unités d’habitation.

La démolition des bâtiments situés sur deux autres terrains achetés par la Ville devrait débuter cet été. La décontamination des sols devrait se faire au printemps 2021.

La construction de la passerelle cyclopiétonne, qui va relier l’écoquartier à la 1re Avenue, a débuté le 30 juin dernier.

Une esquisse de projet, on voit une passerelle qui surplombe la rivière, avec des gens qui se déplacent dessus. C'est l'été, au soleil.

Une esquisse du projet de passerelle cyclopiétonne dans le secteur de la Pointe-aux-Lièvres.

Photo : Ville de Québec

La construction d’un pavillon d’accueil de 800 mètres carrés devrait débuter sous peu au centre du parc devant la rue de la Pointe-aux-Lièvres.

On y trouvera une grande salle polyvalente pouvant accueillir jusqu’à 250 personnes, un secteur d’entreposage et de location d’équipements de loisirs en plus d’une terrasse partiellement couverte. Le pavillon devrait être inauguré en septembre 2021.

Une esquisse de pavillon, avec des visiteurs à pied ou à vélo qui circulent devant.

Le pavillon d'accueil tel qu'imaginé dans le secteur de la Pointe-aux-Lièvres.

Photo : Ville de Québec

Bon pour la relance économique

Selon le maire, ces projets de construction, qui vont se dérouler dans les prochains mois, seront bénéfiques pour relancer l’économie de la capitale, touchée elle aussi par la pandémie.

Toutes ces constructions-là vont aider pour la relance. Je pense que la relance ne sera pas si facile que ça. Une fois que tout le monde aura fini de recevoir sa PCU [Prestation canadienne d'urgence], que les aides financières auront été utilisées, ça pourrait être compliqué. On va avoir besoin de tout ça, je vous garantis, estime Régis Labeaume.

On voit une grue à travers deux immeubles d'habitations, en été, le ciel est bleu.

Après l'ajout d'au moins deux immeubles d'habitations, des projets de construction sont toujours en cours dans la Pointe-aux-lièvres.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Développement jugé efficace

Le premier projet d’écoquartier a été présenté en 2009. Le maire considère que le développement a été rapide.

Ça n'a pas pris de temps. Quand on regarde ailleurs dans le monde comment on revitalise ce genre de quartier, ça n'a pas pris de temps. Ça fait en moyenne 600 à 800 personnes par année qui s'y établissent. C'est excellent. Ça a été rondement et on est bien fiers de ça, affirme-t-il.

Une fois les écoquartiers réalisés, l’administration Labeaume souhaite s’attaquer au développement du secteur Chaudière dans l'ouest de la ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Urbanisme