•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi les bernaches du Canada sont-elles si nombreuses dans le Grand Vancouver?

Deux bernaches avec une dizaine d'oisons.

Les bernaches du Canada à Vancouver sont devenues sédentaires et non plus migratrices.

Photo : Offerte par Marian Cohen

Radio-Canada

Elles se pavanent, rassemblées dans les parcs, les plages, et même dans les rues du Grand Vancouver dans de larges groupes bruyants. Pourquoi les bernaches du Canada y sont-elles si nombreuses?

Elles ont été réintroduites dans la région dans les années 1970 pour la chasse et la consommation, explique la planificatrice de la biodiversité urbaine, Jennifer Rae Pierce.

Si la population d'oies indigènes est affectée par des prédateurs ou encore des chasseurs au cours de leur migration, les bernaches du Canada ne migrent pas et restent sur le territoire toute l'année. Leur effet sur les écosystèmes locaux est très différent, note Jennifer Rae Pierce.

Les bernaches du Canada qui nichent saison après saison aux îles de Varennes.

La Commission des parcs de Vancouver estime qu'il y aurait environ 2500 bernaches qui fréquentent les nombreux parcs de la Ville.

Photo : Laurent Boursier

Contrairement à d’autres oiseaux, les bernaches n’ont pas de système efficace pour traiter les aliments, et produisent un volume d’excréments plus important pour leur taille et pour la quantité de nourriture qu'elles mangent que la plupart des autres espèces, selon Jennifer Rae Pierce.

Pour autant, la propagation de maladies est rare et les eaux de Vancouver ont plus de chances d’être contaminées par des matières fécales d'origine humaine, dit cette dernière.

La présence de matières fécales est une préoccupation principalement esthétique.

Jennifer Rae Pierce, planificatrice de la biodiversité urbaine à Vancouver

Pour tenter de contrôler la population de bernaches, Vancouver stérilise des œufs peu après leur ponte en les secouant, les congelant ou encore en les couvrant d’huile. Une fois les œufs stérilisés, ils sont replacés dans les nids.

La pratique est courante, selon Jennifer Rae Pierce, et est approuvée par des organisations de défense des droits des animaux comme PETA.

Toutefois, les bernaches se sont adaptées à ce processus et tentent de cacher leurs nids aux humains. Elles tentent maintenant de nicher en dehors des parcs et plus sur des terres privées pour éviter ces techniques de gestion, affirme-t-elle.

La Commission des parcs de Vancouver estime qu'il y aurait environ 2500 bernaches dans les nombreux parcs de la Ville.

Avec les informations d'Ashley Moliere

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Nature et animaux