•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le reportage de Marie-Josée Paquette-Comeau

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Dès mardi, une première cohorte de 110 aides de service, formés par la Croix-Rouge, épaulera les préposés aux bénéficiaires dans des centres d’hébergement et de soins longue durée (CHSLD) de Montréal.

De ce nombre, 54 seront déployés au sein du CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal, 34 seront rattachés au CIUSSS de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal et 22 au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal. Une trentaine d’autres employés aideront à la coordination.

Pour la Croix-Rouge, il s'agit d'une mission bien différente de celle outremer, convient Julie Poirier, formatrice à la Croix-Rouge canadienne.

C’est du jamais vu, c’est la première fois qu’on intervient lors d’une crise humanitaire, ici, sur notre territoire.

Julie Poirier, formatrice à la Croix-Rouge canadienne

Avant d’être envoyés sur le terrain, les aides de service ont reçu une formation éclair de quatre jours mise en place il y a quelques semaines à peine.

On leur apprend comment aider au niveau des repas, au niveau du ménage. Comment retirer des gants, comment mettre la visière. On leur montre vraiment la base pour qu’ils puissent être en soutien au personnel des CHSLD, explique Christine Reid, gestionnaire des formations à la Croix-Rouge canadienne. L’accent est aussi mis sur la communication avec les personnes âgées.

Guillaume Poulin fait partie de la première cohorte. Il affirme que c’est de voir les gens qui étaient dans des conditions horribles qui l’a poussé à quitter son emploi de serveur pour devenir aide de service.

La Croix-Rouge a reçu 100 millions de dollars d’Ottawa pour mener à bien cette mission. Cette somme couvre notamment la formation et la rémunération des futurs employés, qui sont rémunérés au même salaire que celui offert dans le système de santé.

L'organisme est toujours à la recherche de volontaires. Elle doit fournir 900 travailleurs d’ici le 15 septembre, soit d’ici l’arrivée des 10 000 nouveaux préposés aux bénéficiaires.

Des militaires portant un masque marchent dans un édifice.

Les Forces armées canadiennes ont reçu une formation de la Croix-Rouge au collège Ahuntsic.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les employés de la Croix-Rouge remplacent les militaires des Forces armées canadiennes qui ont contribué pendant plus de deux mois à stabiliser une situation jugée critique dans une cinquantaine de CHSLD du Québec. Jusqu’à 1400 d’entre eux ont été déployés au plus fort de la crise.

Les Forces armées n’ont pas manqué de dresser un portrait transparent, sans complaisance sur la situation dans les CHSLD, soulignant, entre autres, le manque de personnel.

Une prime qui dérange

C’est cette situation qui a poussé le gouvernement à former de façon accélérée 10 000 nouveaux préposés aux bénéficiaires.

Avant de pouvoir entrer en poste, ces derniers devront effectuer un stage qui sera encadré par du personnel déjà en poste. La prime de formation dévoilée cette fin de semaine – 5 $ par quart de travail – a fait bondir Sonia Éthier, présidente de la Centrale des syndicats du Québec.

Les gens qui travaillent dans les CHSLD travaillent au-delà de 100 % actuellement. Et là, on va leur demander de former, d’assister des gens en formation par-dessus leurs tâches, c’est complètement incompréhensible, a-t-elle déclaré à RDI.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Établissement de santé

Santé