•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Beaucoup de feux d'artifice à Trois-Rivières

Des feux d'artifice font beaucoup de bruits dans les quartiers centraux de Trois-Rivières depuis des semaines.

Des feux d'artifice font beaucoup de bruits dans les quartiers centraux de Trois-Rivières depuis des semaines.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Des bruits s'apparentant à des coups de fusil retentissent tous les jours depuis plus d’un mois dans les quartiers centraux de Trois-Rivières. C’est que des artificiers amateurs s’amusent à allumer des feux d’artifice.

Le service de police estime qu’il s’agit d’un phénomène généralisé à l’ensemble du territoire. Il reçoit un appel par jour à ce sujet pour les secteurs de Sainte-Cécile, Cap-de-la-Madeleine et Pointe-du-Lac.

De fortes détonations troublent les soirées des résidents des quartiers centraux de Trois-Rivières.

Martine Perrin demeure dans le secteur Sainte-Cécile. Ces bruits sont devenus une partie prenante de son quotidien.

C’est toujours en soirée, aux alentours de 22 h. C’est fatiguant. Ça dure cinq minutes, juste assez pour faire japper tous les chiens du quartier, mentionne Mme Perrin.

Les agents de la police de Trois-Rivières sont appelés régulièrement à intervenir, mais arrivent toujours trop tard. Les feux d’artifice et les pétards sont déjà éteints. Au-delà du bruit, ce sont les risques d'incendie qui inquiètent les citoyens.

Tous les blocs sont collés. Si jamais un feu d’artifice est défectueux ou part sur une résidence, potentiellement, le quartier au complet peut brûler, souligne Gabrielle Audet, elle aussi résidente du secteur Sainte-Cécile.

Le règlement municipal interdit l'usage de feux d’artifices sur un site non dégagé et situé à proximité de bâtiments. Les artificiers amateurs doivent aussi se procurer un permis auprès de la Ville.

Au dépanneur A&D, de un à deux artificiers amateurs viennent s'approvisionner tous les jours.

Je connais quelques personnes qui le font. Je me plains dans la ruelle chez moi, parce que certains en allument là et je trouve ça dangereux, souligne la caissière du dépanneur A&D, Joanny Dauphinais.

Le conseiller municipal du secteur, Denis Roy, assure qu’il fera un suivi adéquat avec la sécurité publique.

C’est clair que dans un contexte comme dans les dernières semaines, où il a fait très chaud et ça été très sec, il y a des risques d’incendie, souligne le conseiller municipal du district Marie-de-l’Incarnation, Denis Roy.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec