•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les municipalités peuvent de nouveau accueillir les citoyens lors des séances du conseil

Des gens assis sur des chaises dans la salle du conseil municipal de Rimouski.

La Ville de Rimouski avait disposé sa salle différemment afin d’accueillir le public à la mi-mars, au début de la pandémie de COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Michaële Perron-Langlais

Même si le ministère des Affaires municipales autorise à nouveau les conseils municipaux à tenir des réunions devant public, le retour aux séances telles qu'on les connaissait avant le début de la pandémie ne se fera pas de sitôt dans plusieurs villes de l'Est-du-Québec.

Dans un communiqué envoyé samedi dernier, la ministre Andrée Laforest annonce qu’avec l’évolution des directives de la santé publique, les municipalités peuvent à nouveau tenir leurs activités en présence du public. La ministre des Affaires municipales indique toutefois qu’une ville peut limiter l’accès à une séance du conseil, afin d’assurer le respect des consignes de distanciation sociale.

Sur la Côte-Nord, le maire de Tadoussac, Charles Breton, et celui de Baie-Comeau, Yves Montigny, affirment que leurs municipalités étudieront, dans les prochains jours, certains façons de réintégrer les citoyens aux séances et aux assemblées publiques.

Par ailleurs, Charles Breton note que la participation aux rencontres municipales a augmenté depuis que celles-ci se tiennent de manière virtuelle, passant de cinq ou six citoyens présent en personne à une vingtaine de participants en ligne. Cet élément fera donc partie de la réflexion.

Yves Montigny indique qu'une formule hybride pourrait être proposée, permettant aux citoyens d'écouter les discussions et de poser des questions en personne ou à distance.

Deux mètres de distance entre chaque élu

À Rimouski, le maire de la ville, Marc Parent, explique que le défi sera surtout de respecter la distance non pas entre les citoyens, mais plutôt entre les élus.

Il soutient que son administration devra réfléchir à la configuration de sa salle de réunion, puisque la disposition actuelle ne permet pas de garder deux mètres de distance entre chaque membre du conseil. Un maximum de cinq élus peuvent actuellement se réunir en personne, alors que les autres participent à la rencontre de manière virtuelle.

Dans tous les cas, conformément aux exigences du gouvernement de la province, les citoyens pourront transmettre des questions écrites à leur conseil municipal, lors des séances qui comprennent une période de questions.

Depuis 19 mars, à la demande de la ministre des Affaires municipales, les organismes municipaux avaient dû annuler ou reporter toutes formes d’assemblées nécessitant la présence du public.

Avec la collaboration de Shanelle Guérin et Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !