•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison des fraises « exceptionnelle » en Estrie

Les familles sont nombreuses à profiter de la saison des fraises en Estrie.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Radio-Canada

Les producteurs de fraises de la région connaissent une saison qu’ils qualifient d’« exceptionnelle ».

Les Estriens sont plus nombreux que jamais à s’adonner à l’autocueillette et à les acheter aux kiosques des producteurs.

C’est une très grosse année. Je pense que la clientèle a doublée et ceux qui viennent les chercher déjà cueillies, ça a quadruplé.

Julie Drouin, la copropriétaire de la ferme Vallée des grands potagers

Le propriétaire de la ferme Saint-Élie, Yvon Lessard, est lui aussi surpris de l’engouement cette saison.

Je n’ai jamais vu ça depuis peut-être 30 ans pour l’autocueillette, affirme Yvon Lessard.

Des Estriens cueillent des fraises dans un champ.

Les fraises de plusieurs producteurs sont toutes vendues directement à la ferme.

Photo : Radio-Canada / André Vuillemin

Selon le producteur, la crise sanitaire ne serait pas étrangère à la présence plus nombreuse des visiteurs dans les champs.

C’est un retour à la terre, avec la pandémie, le gouvernement a axé sur l’achat local. Je crois que c’est cet engouement-là et on est bien content de ça, souligne Yvon Lessard.

Peu de fruits pour les épiceries

La popularité est telle que certains producteurs ne sont plus en mesure de fournir des fraises pour les épiceries.

On ne peut pas fournir à la demande définitivement. On aurait deux fois plus de fraises qu’on en manquerait encore.

Yvon Lessard, ferme Saint-Élie

La ferme Vallée des grands potagers constate elle aussi qu’il est impossible cette année d'approvisionner les marchands de la région. Tous les petits fruits sont écoulés directement à la ferme.

Un fruit plus petit

La météo cette année a toutefois causé certains casse-tête aux producteurs. C’est le cas de Yves Vaillancourt, le copropriétaire de la ferme Les 3 pouces verts de Cookshire-Eaton, qui parle d’une saison pas facile.

Mère nature est difficile parce qu’elle nous donne de la sécheresse, pas beaucoup de pluie, c’est difficile pour l’agriculture. C’est dur pour faire croître les plants, croître les fruits, décrit Yves Vaillancourt.

Même si les fruits sont tout de même bien sucrés, au goût des cueilleurs, la fraise demeure plus petite dans bien des champs, en raison de la météo en dent de scie cette saison.

On n’a pas le calibre qu’on est habitué en raison du manque d’eau, affirme le copropriétaire de la ferme Vallée des grands potagers.

Plusieurs producteurs estiment aussi que la saison sera légèrement écourtée. Elle pourrait se terminer dans deux à trois semaines dans plusieurs fraisières de la région.

Avec les informations de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Agriculture