•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recenser les poissons envahissants dans le fleuve Saint-Jean à l'aide d'une cartographie

Le fleuve Saint-Jean avec en bordure, à gauche, le village de Baker-Brook.

Le fleuve Saint-Jean coule majoritairement au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

L’organisme de bassin versant (OBV) du fleuve Saint-Jean a mis en œuvre une cartographie participative accessible au public afin de permettre à l’organisme de recenser les poissons exotiques envahissants dans le bassin versant du fleuve Saint-Jean.

L’organisme souhaite ainsi repérer les poissons de type achigan et maskinongé qui nuisent aux espèces indigènes du bassin versant comme l’omble de fontaine ou encore la lotte.

Un poisson du type maskinongé nage au fond de l'eau entre les algues.

Le maskinongé a été introduit par l'humain dans le bassin versant du fleuve Saint-Jean pour les amateurs de pêche.

Photo : Organisme bassin versant du fleuve Saint-Jean

Avec plus d’une cinquantaine de répondants qui ont signalé la présence de ces deux espèces de poisson, le directeur de l’OBV du fleuve Saint-Jean, Guillaume Chrétien, se dit content de la participation des pêcheurs à la cartographie.

« Ça nous permet d’avoir de l’information sur leur répartition pour des études futures. Ça nous permet aussi de sensibiliser la population du bassin versant face à ces espèces-là.  »

— Une citation de  Guillaume Chrétien, directeur de l'OBV du fleuve Saint-Jean

Ce sont des espèces qui ont été introduites par l’humain, explique-t-il.

Un poisson du type achigan à petite bouche nage au fond de l'eau.

L'achigan a été introduit dans le fleuve Saint-Jean par l'humain. Il est nuisible aux autres espèces présentes.

Photo : Organisme bassin versant du fleuve Saint-Jean

Une menace pour l'intégrité des plans d'eau

L’achigan et le maskinongé compromettent la survie des poissons indigènes dans leur habitat naturel, et menacent ainsi la santé de certains plans d’eau.Ça fait plusieurs décennies que ces espèces sont présentes dans notre bassin versant, sauf qu’il demeure qu'elles entrent en compétition pour les ressources et la nourriture avec les espèces dites indigènes de notre bassin versant, précise-t-il.

Par exemple, le maskinongé a été introduit dans le fleuve Saint-Jean dans les années 1970. Guillaume Chrétien décrit le poisson comme étant très combatif, et donc, prisé par les amateurs de pêche sportive. Le problème, c’est qu’il remplace progressivement certaines autres espèces, souligne-t-il.

D’après le directeur de l’OBV du fleuve Saint-Jean, l’achigan et le maskinongé s’adaptent rapidement aux changements climatiques, qui ont un impact sur la variation de la température de l’eau ainsi que le taux d’oxygène présent dans l’eau.

Le fleuve Saint-Jean, localisé notamment sur le versant sud-est de la chaîne des Appalaches au Québec, draine un bassin versant de 55 000 km2 pour finalement se jeter dans la baie de Fundy. Traversant le Québec, le Maine et le Nouveau-Brunswick, le fleuve Saint-Jean parcourt une distance de 673 km, ce qui fait de lui l’un des plus longs cours d’eau de l’est de l’Amérique du Nord.

La cartographie participative est disponible sur la page Facebook de l’Organisme de bassin versant de fleuve Saint-Jean jusqu’au 31 juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !