•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ouvrages de militants prodémocratie retirés des bibliothèques à Hong Kong

Une femme dans une bibliothèque publique de Hong Kong.

Les livres écrits par des militants de la démocratie à Hong Kong ont commencé à disparaître des bibliothèques.

Photo : Getty Images / ISAAC LAWRENCE

Reuters

Les livres écrits par les personnalités du mouvement prodémocratie à Hong Kong ne sont plus proposés dans les bibliothèques publiques, quelques jours seulement après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi de sécurité imposée par Pékin.

Cette loi, entrée en vigueur mardi au moment même où son contenu était publié, est destinée, selon le gouvernement chinois, à lutter contre les activités sécessionnistes, subversives et terroristes et également contre les ingérences étrangères.

Elle a été adoptée en réponse aux manifestations prodémocratie qui ont secoué l'an dernier l'ancienne colonie britannique, rétrocédée à la Chine en 1997.

Les ouvrages du jeune militant Joshua Wong ou encore de la politicienne Tanya Chan sont marqués indisponibles sur les sites des bibliothèques publiques, selon une recherche effectuée en ligne.

La loi de sécurité met en place un régime de censure sur cette ville financière internationale, comme cela existe sur le continent, a dit samedi Joshua Wong dans un Tweet.

Joshua Wong s'adresse à la foule en utilisant un microphone.

Le militant prodémocratie Joshua Wong s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse à Hong Kong.

Photo : Getty Images / Anthony Kwan

Une journée après l'entrée en vigueur de la loi, un homme a été interpellé pour avoir porté le drapeau en faveur de l'indépendance de Hong Kong.

Vendredi, le gouvernement local a déclaré que le slogan Libérez Hong Kong, révolution de notre temps, régulièrement scandé lors des manifestations prodémocratie était illégal.

Un homme arrêté pour avoir renversé plusieurs policiers en moto, et qui brandissait un drapeau avec ce slogan, a été inculpé pour terrorisme et incitation au séparatisme.

Le département des services culturels de la ville, qui administre les bibliothèques, a déclaré dans les médias que les livres avaient été retirés le temps de savoir s'ils violaient la loi ou non.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Asie

International