•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restrictions de la circulation rue Jacques-Cartier : des avis mitigés

Cyclistes et piétons circulant sur la rue Jacques-Cartier.

Du 19 juin au 30 septembre, des restrictions de circulation visant à favoriser la distanciation physique seront mises en place sur la rue Jacques-Cartier dans le cadre d'un projet pilote.

Photo : Radio-Canada / Fiona Collienne

Radio-Canada

Cela fait deux semaines qu'une portion de la rue Jacques Cartier à Gatineau est fermée à la circulation automobile. Les voitures ont dû laisser la place aux piétons et aux cyclistes pour favoriser la distanciation physique en pleine pandémie de COVID-19. Si certains se réjouissent de ce projet pilote, d'autres estiment que cela leur cause du préjudice.

Michel Péris est propriétaire du Rest’o’Bord Le Pirate depuis 30 ans. Selon lui, ces mesures limitent l’accès à son restaurant et à sa halte nautique.

Bien que des espaces de stationnements sont prévus sur la ruelle du Como, l’accès à son restaurant serait plus difficile pour les personnes âgées et les personnes à mobilités réduites. Moi, ma clientèle, elle a un certain âge, lance-t-il.

Michel Péris devant son restaurant

Michel Péris est propriétaire du Rest’o’Bord Le Pirate depuis 30 ans.

Photo : Radio-Canada / Fiona Collienne

Ça fait 30 ans que je suis ici. Je n’ai jamais vu ça tranquille comme ça. Ça ne bouge pas. La rue est morte.

Michel Péris, propriétaire du Rest’o’Bord Le Pirate

Il estime que son restaurant essuiera de lourdes pertes en raison des mesures de circulation temporaire qui devraient durer jusqu’au 30 septembre dans le cadre d’un projet pilote. Je vais perdre de la clientèle, craint-il.

Le processus de livraison est aussi touché par ces mesures, dénonce le propriétaire. M. Péris souhaite que la signalisation soit clarifiée et que les gens puissent arriver [sur la rue Jacques-Cartier et] avoir un accès à l’eau et au restaurant.

Depuis le 19 juin, des mesures de circulation temporaires restreignent l’accès aux automobilistes à la rue Jacques-Cartier. Elles ont été mises en place afin de favoriser la cohabitation entre les voitures et les cyclistes, alors que la piste multifonctionnelle était achalandée depuis le début de la pandémie.

Plan de modification de la rue Jacques-Cartier.

La rue Jacques-Cartier sera restreinte aux automobilistes cet été.

Photo : Ville de Gatineau

Pas une bonne idée, selon une résidente

Je ne pense pas que c’était une bonne idée. Il n’y a pas [beaucoup de] personnes. C’est rendu presque désert, constate Gisèle Gossé, une résidente de la rue Jacques-Cartier.

Elle trouve compliqué d'accueillir des gens chez elle, puisque le stationnement est situé à plusieurs minutes de marche de sa propriété.

Fernande Thibaudeau, une autre résidente du secteur, admet que la rue est plus tranquille. Toutefois, elle dénonce les nombreux détours causés par la nouvelle circulation. C’est une très grosse erreur. On aurait pu être consulté, dit-elle.

Le restaurant c’est encore pire. Après ce qu’il a passé en 2017 et 2019, les inondations, et la COVID-19, cette année, c’est dur pour tout le monde.

Fernande Thibaudeau, résidente de la rue Jacques-Cartier

Quant aux cyclistes Diane Picard et Marc Bibeau, ils se disent favorables aux nouvelles mesures puisque la piste multifonctionnelle était beaucoup achalandée au début de la pandémie.

On trouve qu’il y a un grand bénéfice pour les cyclistes et les piétons. Il y a moins d’achalandage sur les rues, estime Mme Picard. J’imagine que pour les résidents c’est un peu embêtant, c’est désagréable. Mais pour les citoyens, c’est extraordinaire, croit Marc Bibeau.

D’autres restaurateurs, favorables à la nouvelle circulation

Sébastien Gandy et Martin Richer sont gestionnaires de la brasserie À la dérive, située rue Jacques-Cartier. Ils ont dû cesser leurs activités trois mois après l’ouverture de la brasserie en raison de la pandémie. Depuis jeudi, ils ont repris leur service complet.

On voit qu’il y a de plus en plus de gens qui viennent ici en vélo ou à pied, dit M. Richer. Les gens sont au rendez-vous .

Sébastien Gandy et Martin Richer devant la brasserie À la dérive.

Sébastien Gandy et Martin Richer ont ouvert les portes de la brasserie À la dérive en décembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Fiona Collienne

C’est beaucoup plus paisible pour les gens qui sont sur les terrasses des restaurants, parce qu’il y a moins de voitures qui passent, ajoute son collègue, Sébastien Gandy.

Tous deux croient que ces mesures permettront de dynamiser le secteur. C’est bien qu’elle soit fermée aux voitures l’été parce qu’on pourrait mettre des festivals, avoir de la musique, amener quelque chose en Outaouais qu’il y a moins dans ce secteur-ci, lance M. Gandy.

La conseillère municipale de Pointe-Gatineau, Myriam Nadeau, affirme pour sa part avoir reçu des retours positifs. Elle ajoute qu’une série d’animation et d’activités est prévue dans le secteur pendant l’été.

Avec les informations de Fiona Collienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales