•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fraises se font rares en Mauricie

En début de saison, de nombreux producteurs de fraises craignaient de devoir jeter leurs fruits en raison du manque de main-d’oeuvre étrangère dans les champs.

Les Jardins Bio Campanipol produisent 12 variétés de fraises.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lepoutre

Radio-Canada

Alors qu'en début de saison de nombreux producteurs craignaient de devoir jeter leurs fruits en raison du manque de main-d’oeuvre étrangère dans les champs, voilà qu'il manque de fraises dans les champs. La saison risque d’être écourtée pour certains.

La météo est au cœur des inquiétudes. Les nombreux épisodes de canicule et le manque de pluie affectent leurs récoltes.

Aux Jardins Bio Campanipol, on planifie des pertes de rendements de plus de 40 %. Presque un plant de fraises sur deux ne donnera pas de fruits cette année.

Pour les producteurs de fraises, la situation est d’autant plus frustrante que la demande est au rendez-vous et qu’elle atteindrait même des records cette année dans un contexte d’engouement pour l’achat de proximité.

Conséquence de cette rareté, et de cette demande soutenue, les prix risquent d’augmenter. Selon David Lemire, président des producteurs de fraises et de framboises du Québec, les fraises se vendent même déjà deux fois plus cher au marché central de Montréal.

Autre conséquence de cette rareté, des producteurs ont décidé de mettre un terme à l’autocueillette pour mieux contrôler leur stock et la pénurie. C’est le cas de la ferme Gagnon de Trois-Rivières qui la propose samedi pour la dernière fois.

Mais David Lemire se veut rassurant. Il conseille aux consommateurs d'attendre les fraises d'automne qui, elles, devraient arriver en grand nombre.

D'après des informations d'Alexandre Lepoutre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Alimentation