•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS AT veut avoir les coudées franches pour recruter des infirmières à l'étranger

L'hôpital de Rouyn-Noranda

L'hôpital de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Angie Landry

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue doit recruter environ 130 infirmières pour couvrir ses besoins.

L'organisation déploie des efforts dans différents établissements d'enseignement.

Mais elle veut aussi avoir les coudées franches pour chercher des employés à l'international.

Il souhaite ainsi réduire le recours à la main-d'ouvre indépendante qui plombe ses finances et faire face à la pénurie d'infirmières qui demeure un enjeu important pour l'organisation.

La directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques Sylvie Latulippe affirmait lors du dernier conseil d'administration de l'organisation que l'immigration est une voie à explorer.

C'est sûr qu'une des voies de passage c'est l'immigration, dit-elle. Ce n'est pas la première fois qu'on en parle, on est dans un creux démographique, la sortie des étudiantes et de plus en plus difficile [...] il faut davantage être autonome dans notre recrutement à l'international parce qu'avec Québec, on est une petite parcelle dans la partie nationale.

C'est vers ça qu'on veut aller, on va essayer de regarder pour devenir beaucoup plus autonomes et de pouvoir nous-mêmes aller quand il y a des missions qui se font, on regarde dans certaines MRC, il y a des recrutements qui se font pour les mines par exemple, peut-on avoir une table à côté et pouvoir être présents, donc c'est la voie qu'on souhaite développer davantage.

Sylvie Latulippe

Par ailleurs, le CISSS AT a pu recruter 700 nouveaux employés durant les trois derniers mois pour la saison estivale et faire face, éventuellement, à une deuxième vague de coronavirus.

En mars dernier, des infirmières de la région avaient répondu présentes à l'appel lancé par le CISSS pour prêter main-forte à leurs anciennes collègues.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Établissement de santé