•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légumes en serre : il faudra plus que de l'électricité bon marché

Une serre où on fait pousser des légumes.

Au Québec, l'équivalent de 100 hectares de légumes sont produits en serre. Les tomates, les poivrons, les concombres, la laitue, les fraises et les fines herbes sont les principales cultures.

Photo : Unsplash

Félix Morrissette-Beaulieu

La volonté d'Hydro-Québec d'abaisser ses tarifs d'électricité pour stimuler la production de légumes en serre représente un pas dans la bonne direction pour l'autonomie alimentaire, mais du travail reste à faire pour doubler la production, selon des producteurs.

Selon nos informations, la société d'État annoncera qu'elle permettra aux agriculteurs de profiter de tarifs préférentiels pour chauffer leurs serres. Le programme actuel leur permet uniquement de réduire les coûts associés à l'éclairage des végétaux.

Bien qu'il s'agisse d'une bonne nouvelle, il en faudra bien plus pour se rendre à l'autonomie alimentaire au Québec, selon André Michaud, président d'Agro-Québec, qui accompagne des producteurs comme Savoura et Sagami.

C'est un chantier comprenant le développement de l'automatisation et de l'ingénierie autour de la construction de serres au Québec, le développement de la main-d'oeuvre, du soutien économique et des technologies, explique le spécialiste.

Cette expertise-là, il faut la développer. Il va falloir développer une relation de partenariat avec Hydro-Québec, se parler, voir comment on peut arriver à des résultats, ajoute-t-il.

Loin de l’autonomie alimentaire

Au Québec, l'équivalent de 100 hectares de légumes sont produits en serre. Les tomates, les poivrons, les concombres, la laitue, les fraises et les fines herbes sont les principales cultures de ce type.

On est quand même très très loin de l'autonomie alimentaire, affirme M. Michaud.

Le propriétaire des Productions Horticoles Demers, Jacques Demers, préfère attendre l'annonce officielle avant de commenter ces nouveaux tarifs. Il croit toutefois qu'il s'agit d'une étape importante.

L'entreprise de Saint-Nicolas produit plus de 6000 tonnes de tomates par année grâce à sa production en serres.

Durant la pandémie, Québec s'est engagé à doubler la production de légumes en serre pour arriver à l'autonomie alimentaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Économie