•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les oppositions veulent connaître l'ampleur du déficit au Grand Marché

Des étalages au Grand Marché de Québec.

En échange de son aide, la Coopérative des horticulteurs de Québec doit présenter un plan de redressement à la Ville de Québec.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

Les deux partis d'opposition à l'hôtel de ville veulent en savoir davantage sur la situation financière du Grand Marché de Québec. Au lendemain de la mise au jour d'un prêt de 300 000 $ consenti par la Ville à la coopérative gestionnaire des lieux, elles réclament l'heure juste sur l'ampleur des difficultés.

Pour Jean Rousseau, conseiller municipal du district de Cap-aux-Diamants, l'aide accordée par la Ville de Québec est un nouveau signe que le déménagement du marché depuis le Vieux-Port était une mauvaise idée. C'est un projet qui a été mal conçu, mal pensé et où on va continuer à engloutir des sommes importantes, a tonné l'élu de Démocratie Québec, samedi.

En plus de consentir à un prêt de 300 000 $ à la Coopérative des horticulteurs de Québec (CHQ), organisme gestionnaire du marché, la Ville a accepté de se priver de revenus jusqu'à 1,5 million $ au cours des 3 prochaines années, soit jusqu'en 2022.

Avec ce genre de nouvelle, M. Rousseau est encore davantage convaincu que le Marché du Vieux-Port, tout croche mais rentable, était l'option à consolider plutôt que de tout miser sur le développement d'ExpoCité.

Maintenant que le déménagement a eu lieu, que le Marché du Vieux-Port n'est plus et que le Grand Marché est ouvert, il s'inquiète des signaux négatifs comme celui envoyé hier.

On finance un projet qui nous semble un trou sans fond.

Jean Rousseau, conseiller municipal, Démocratie Québec

Il invite la Ville ainsi que le CHQ à jouer franc-jeu et à dévoiler les chiffres. On n'a pas le portrait réel. On sait qu'on a un problème, mais on ne sait pas quelle est l'ampleur de ce problème, a-t-il lancé.

Pour justifier sa demande, M. Rousseau rappelle que la Ville de Québec a injecté 25 millions $ dans la construction du marché, sans oublier les centaines de milliers de dollars en publicité et en activités de lancement.

Le conseiller municipal Jean Rousseau.

Le conseiller municipal Jean Rousseau.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Flèches au maire

Le représentant de Démocratie Québec en a également contre le maire, Régis Labeaume, qu'il accuse de jouer sur les mots.

Le maire a déclaré vendredi que les mesures prises par la Ville pour aider la CHQ ne coûteraient pas un sou. Des propos qui ont fait bondir M. Rousseau. De dire qu'on fait pas de pertes quand on n'aura pas de revenus anticipés, c'est ridicule comme argument. Franchement, il ne faut pas prendre les gens pour des valises, a pesté M. Rousseau.

Concernant la COVID-19, argument avancé par la CHQ et la Ville pour expliquer la situation précaire, M. Rousseau estime qu'elle a le dos large. La difficulté n'est pas juste liée à la COVID-19. C'est un site excentrique, qui n'est pas intégré dans la communauté. C'est beaucoup plus profond comme problème.

La CHQ a affirmé que la situation sanitaire n'avait pas aidé, mais a aussi admis qu'elle avait sous-évalué la durée pour déployer les efforts organisationnels et financiers nécessaires à la mise en oeuvre de son modèle d'affaires.

Un plénier?

Du côté de Québec 21, où le chef Jean-François Gosselin n'était pas disponible pour commenter samedi, on espère que la Ville fera preuve de prudence avec les fonds publics.

S'il convient que la COVID-19 n'a pas aidé, ça ne peut pas être juste ça, affirme un membre du cabinet. Ce dernier soutient que la population a droit de connaître l'ampleur réelle de la situation. L'opposition officielle croit que la tenue d'un comité plénier portant notamment sur le Grand Marché, cet automne, pourrait permettre d'y voir plus clair.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale