•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bulle atlantique : plus de 17 000 véhicules entrés au Nouveau-Brunswick le premier jour

Une femme debout sur l'autoroute, de dos, portant une veste orange et jaune, parle à un automobiliste dans son véhicule.

Un point de contrôle à l'entrée de la Nouvelle-Écosse près d'Aulac, au Nouveau-Brunswick, le 4 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick indique avoir laissé entrer dans la province plus de 17 000 véhicules, vendredi, au premier jour de la bulle atlantique, qui allège les restrictions sur les déplacements entre les provinces pour les résidents des Maritimes et de Terre-Neuve-et-Labrador.

On remarquait peu de congestion sur la Transcanadienne à la frontière du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, plus de 36 heures après l'ouverture de la bulle. La circulation était beaucoup plus fluide que la veille.

Selon des personns interrogées sur place, l'attente était d'environ 5 minutes, samedi après-midi, alors qu'elle pouvait durer 90 minutes ou plus la journée précédente.

Montage photo montrant un embouteillage à gauche et une route avec peu de véhicules au même endroit le lendemain.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À gauche : à la frontière du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse vers midi le 3 juillet 2020. À droite : à l'approche de cette même frontière le 4 juillet 2020 vers 13 heures.

Photo : Radio-Canada / Serge Clavet

Depuis le 3 juillet à minuit, la bulle atlantique assouplit des restrictions sur les voyages pour les résidents de l'Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador. Ces personnes peuvent passer d’une province à l’autre à l’intérieur de la bulle sans devoir s’isoler pendant 14 jours.

Vendredi, des consignes avaient été données vers pour accélérer la circulation, vers 15 h 45, car le trafic était trop important.

Des voitures en ligne près d'un poste de contrôle.

Environ 15 véhicules au point de contrôle du côté de la Nouvelle-Écosse le 4 juillet vers 13 h.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Elizabeth Smith-McCrossin, une députée de l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse qui représente la circonscription de Cumberland-Nord, avait évoqué des risques pour la sécurité de ses concitoyens. J'ai demandé aux gouvernements de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick d'ouvrir immédiatement les frontières. Ils ont créé des conditions très dangereuses pour cette ville et ce secteur. C'est une situation d'urgence maintenant , avait-elle écrit peu avant 15 h 20, vendredi.

Un porte-parole du gouvernement du Nouveau-Brunswick, Shawn Berry, a indiqué que la province avait pris la décision vendredi après-midi de ne plus faire, temporairement, de contrôles de santé, car la congestion routière représentait un risque pour la sécurité.

Ces contrôles de santé ont repris par la suite, a-t-il précisé.

Quelques véhicules en file sur l'autoroute près de cônes orange.

Des véhicules s'apprêtent à quitter le Nouveau-Brunswick pour entrer en Nouvelle-Écosse dans l'après-midi du 4 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Les agents frontaliers continuent de demander une preuve de résidence en Atlantique et pour passer au Nouveau-Brunswick les automobilistes doivent remplir un formulaire sur la COVID-19. La déclaration de santé est ensuite remise aux agents pour assurer une certaine traçabilité.

Une petite tente blanche sur l'autoroute et une file de voitures qui s'en approche.

Contrôle frontalier entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse le 4 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Une voie a été dédiée au transport de marchandise - déjà considéré comme essentiel avant l’ouverture de la bulle atlantique - et aux personnes qui ont remplis leur questionnaire d’avance, ce qui accélère la circulation.

Avec des renseignements de Wildinette Paul et Nicolas Steinbach de Radio-Canada, et Gary Moore de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Transports