•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Craintes et soulagement après le déconfinement au Royaume-Uni

Un homme portant un masque de protection et des gants sert de la bière à des clients.

Les Britanniques pourront de nouveau fréquenter des pubs, institution chère au coeur de la vie anglaise.

Photo : Getty Images / TOLGA AKMEN

Radio-Canada

Après plus de trois mois de restrictions et de confinement dans le cadre de la lutte contre la COVID-19, les Britanniques peuvent depuis samedi matin siroter une bière dans un pub, partager un repas dans un restaurant, voir un film au cinéma ou se rendre chez le coiffeur.

Cette nouvelle étape dans l’assouplissement des mesures de restrictions fait le bonheur des uns et alimente les craintes des autres, qui redoutent de nouvelles contaminations.

Une coiffeuse portant une visière de protection coupe les cheveux d’un client dans un salon de coiffure à Birkenhead, dans le nord-ouest de l'Angleterre, le 4 juillet 2020.

Les coiffeurs britanniques ont retrouvé le sourire malgré les multiples mesures de protection exigées pour la réouverture de leurs salons.

Photo : Getty Images / PAUL ELLIS

Mes cheveux étaient sens dessus dessous, j'ai dû utiliser des chapeaux pour les cacher, confie Sandra Jacobs, une des premières clientes à franchir, dès minuit, les portes d'un salon de coiffure dans le quartier londonien de Camden.

Elle se dit soulagée d’avoir eu droit à sa première coupe malgré le port du masque et les écrans de protection.

Et dès les 12 coups de minuit, à Runcorn dans l’ouest de l'Angleterre, Jennifer Wilson et Louise Arnold ont décidé de sceller leur union, devenant le premier couple à se marier depuis l'instauration du confinement le 23 mars.

Des clients boivent de la bière dans un pub.

Des clients boivent de la bière au pub The Holland Tringham Wetherspoons après sa réouverture à Londres, le 4 juillet.

Photo : Reuters / HANNAH MCKAY

La première pinte

Dégustant sa première pinte dans un pub du nord de Londres depuis trois mois, Andrew Slawinski, 54 ans, ne cache pas sa joie.

C’est magnifique […] C'est comme gagner la Premier League.

Andrew Slawinski

La fréquentation des pubs est un aspect essentiel de la culture britannique, souligne Julie Scott, une enseignante de 43 ans venue en famille pour boire et pour manger. C'est ici que tout le monde socialise, qu'on rejoint des gens qu'on n'avait plus revus. C'est chouette d'être à nouveau ensemble, dit-elle.

Mais la convivialité des pubs n'est désormais plus la même dans cette nouvelle normalité, reconnaît Clive Watson, fondateur du City Pub Group, qui rassemble 47 pubs dans le sud de l'Angleterre et au Pays de Galles.

Cela a été incroyablement dur pour nous et nos clients, dit-il. La fermeture des pubs, inédite depuis la peste de 1665, a entraîné une baisse sans précédent de la consommation de bière.

Selon le cercle de réflexion CEBR (Center for Economics and Business Research), quelque 6,5 millions de visiteurs pourraient se rendre dans un pub pendant la fin de semaine.

Toutefois, la crise aura fait des victimes d’ici la fin de l’année dans le secteur. Quelque 18 000 établissements pourraient ne pas s'en relever, selon la British Beer and Pub Association.

Des clients devant les bars rouverts de Soho à Londres le 4 juillet 2020.

Des clients s'assoient devant les bars rouverts à Londres, dans la zone de Soho qui devient piétonne.

Photo : Getty Images / JUSTIN TALLIS

Inquiétudes

Les risques sanitaires que causerait une possible ruée dans les pubs suscitent aussi des craintes.

Dans un tweet, le premier ministre Boris Johnson rappelle qu'il est absolument vital que tout le monde respecte les règles en matière de distanciation sociale.

Des hôtels, des pubs ainsi que la police ont également appelé les clients à se comporter de manière responsable et de manière à aider les professionnels à rouvrir de la meilleure manière possible.

Éprouvés par le pic de la pandémie dans les dernières semaines, les hôpitaux craignent une pression accrue. Avant la COVID-19, les vendredi et samedi, les urgences ressemblaient parfois à un cirque rempli de clowns ivres, a déclaré Brian Booth, responsable de la fédération des policiers du West Yorkshire. On n'a pas besoin que ça recommence.

Le Trésor britannique a été vivement critiqué pour un tweet appelant les Anglais à prendre une boisson et lever leur verre. Il n’a pas tardé à supprimer sa publication.

Le Royaume-Uni, qui a tardivement ordonné le confinement, a recensé samedi 67 décès supplémentaires en une journée. Le bilan total s'élève à 44 198 morts à travers le pays. Il s’agit du plus lourd bilan en Europe.

Le virus a d’ailleurs a repris de la vigueur, notamment à Leicester, où les autorités ont ordonné le reconfinement d’une zone de quelque 600 000 habitants.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International