•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Privés d'évènements, les camions-restaurants en mode séduction

Le camion de cuisine de rue Crêpe là! dans un parc. Une cliente attend son repas.

Le camion Crêpe la! a aussi un permis pour offrir ses produits sur la douzaine de sites ciblés par la ville de Québec depuis 4 ans, dont le domaine de Maizerets.

Photo : Radio-Canada

Félix Morrissette-Beaulieu

Avec l'annulation d'évènements d'envergure, les propriétaires de camion de cuisine de rue de Québec tentent tant bien que mal d'attirer les clients à des lieux stratégiques.

Le propriétaire des camions Recettes Paumées et El Gordito Tacos Truck, Étienne Nadeau, a loué le terrain d'un garage désaffecté sur le boulevard Wilfrid Hamel, près du site d'ExpoCité.

Il y restera tout l'été dans l'espoir que l'endroit devienne un point de repère pour les amateurs de cuisine de rue.

On ne se le cachera pas, les évènements, c'est ce qui fait notre gagne-pain en général, donc on essaie de couper les frais un peu et de rester fixe à la même place tout l'été. Ça coupe nos frais, estime le restaurateur.

De la musique, de la décoration ludique et une terrasse sont aussi mises de l'avant pour attirer les clients.

Horaire et lieu fixe

Il sera aussi possible de manger de la cuisine de rue chaque jour jusqu'en octobre au quai des Cageux, sur la promenade Samuel-De Champlain.

La Commission de la capitale nationale a démarré un projet pilote sur le site. L'organisme Happening Cuisine de rue a réussi à rassembler cinq restaurateurs qui se relaieront aux fourneaux.

Guy Lévesque, propriétaire du camion Crêpe la!, espère bien que l'endroit suscite un engouement.

Là, je pense qu'on va commencer à créer un engouement des food trucks. Il y a un horaire fixe de 11 à 19 h le soir, tous les jours. Jusqu'en octobre, il y aura un camion.

Présence incertaine

Le Crêpe la! a aussi un permis pour offrir ses produits sur la douzaine d'emplacements ciblés par la Ville de Québec depuis quatre ans, dont le domaine de Maizerets.

Or, même si l'achalandage dans le secteur est important, il est difficile pour les visiteurs de savoir à quel moment on peut laisser son pique-nique à la maison pour profiter d'un repas servi par un camion de cuisine de rue.

Avec seulement deux camions qui ont obtenu leur permis de la Ville de Québec, il est impossible d'assurer une présence constante.

Je pense que si on était plus de food truck pour qu'on puisse se faire un horaire avec les parcs obligatoires, là, le monde ne se poserait pas la question. Est-ce qu'il y en a un ou il n’y en a pas un? conclut Guy Lévesque.

La ville de Québec compte une dizaine de camions de cuisine de rue.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Économie