•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement de la Saskatchewan est préoccupé par la vague de surdoses à Regina

Une seringue par terre à Edmonton.

La police de Regina dénombre 23 décès liés à la consommation de drogues depuis le début de l’année. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Radio-Canada

La vague de surdoses qui fait rage à Regina préoccupe les habitants de la capitale provinciale, ainsi que le gouvernement saskatchewanais. Entre le 1er et le 2 juillet les autorités ont recensé sept surdoses, dont six mortelles.

Le Service de police de Regina indique que quatre personnes ont perdu la vie à quelques heures d’intervalle dans un même secteur de la ville. Le corps policier ne souhaite pas offrir plus de détails sur le secteur en question pour le moment.

Des enquêtes sont en cours afin de déterminer quels types de drogues ont causé ces surdoses. La police n'exclut pas l’utilisation d’opioïdes, comme le fentanyl.

Des résidents inquiets

La crise des surdoses qui touche la capitale provinciale depuis le début de l’année préoccupe de nombreux résidents.

C’est le cas de Patty Will, la cofondatrice du collectif de bénévoles Queen City Patrol, un organisme à but non lucratif qui patrouille dans les rues de Regina pour ramasser les seringues souillées.

Selon elle, le nombre de surdoses ne cesse d’augmenter à Regina. La semaine dernière, son organisme a d’ailleurs dû utiliser de la Naloxone à deux reprises pour aider des consommateurs en détresse.

Notre organisme existe depuis un peu plus de six mois. Nous n’avions jamais eu à utiliser nos trousses de Naloxone auparavant. Nous avions espéré ne jamais avoir à le faire, mais la réalité en a voulu autrement, raconte Mme Will.

Le gouvernement préoccupé par la crise

Le ministre de la Santé s'est lui aussi dit préoccupée la situation hier. Jim Reiter ne cache pas que son gouvernement doit en faire davantage pour aider les personnes aux prises avec une dépendance aux drogues.

Il croit qu’il faut continuer d’améliorer les services de désintoxication, en plus de fournir plus de place et plus de personnel pour accompagner les malades.

Le ministre explique que c’est pour cette raison qu’il souhaite une reprise rapide des services médicaux dans le plan de relance de la Saskatchewan contre la pandémie de COVID-19.

Jim Reiter répond aux questions des journalistes.

Le ministre de la Santé ne cache pas que son gouvernement doit en faire davantage pour aider les personnes aux prises avec une dépendance aux drogues (archives).

Photo : The Canadian Press

Nous avons rétabli rapidement les services. Certes, nous avons accordé beaucoup d'attention aux chirurgies et à juste titre. Toutefois, il ne faut pas oublier l’important de la santé mentale et des dépendances, souligne le ministre Reiter.

Depuis le début de l'année, la police de Regina recense plus de 450 cas de surdoses dans la capitale provinciale.

Nous ne sommes qu’en juillet, mais ce chiffre est déjà cinq fois plus important que le nombre total de surdoses survenues à Regina l’année passée. En 2019, les autorités avaient recensé 82 surdoses dans la Ville.

La police de Regina dénombre également 23 décès liés à la consommation de drogues depuis le début de l’année. Une vingtaine d’autres décès font présentement l’objet d'enquêtes et auraient possiblement été causés par la drogue.

Avec les informations de Gregory Wilson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants