•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec suspend ses publicités sur Facebook pour dénoncer les discours haineux

Le gouvernement précise que la suspension durera tout le mois de juillet.

Le logo de Facebook sur deux écrans.

Le Québec veut dénoncer le manque d'encadrement du réseau social Facebook.

Photo : Getty Images / Justin Tallis

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec suspend ses placements publicitaires sur Facebook pour tout le mois de juillet.

Québec se joint ainsi au mouvement lancé pour dénoncer le manque d'encadrement du réseau social, sur lequel circulent abondamment des messages et propos à caractère raciste, haineux et discriminatoire.

Cette décision s'applique immédiatement à tous les ministères et organismes gouvernementaux, a indiqué le Cabinet du premier ministre dans un communiqué diffusé vendredi après-midi.

Selon le communiqué, c’est le premier ministre François Legault qui a exigé que le gouvernement prenne cette mesure.

Par ce geste, le gouvernement du Québec souhaite démontrer l’importance qu’il accorde à la lutte contre le racisme ainsi qu’à l’accès à une information juste et de qualité. D’aucune façon le gouvernement ne tolère la circulation de messages racistes, haineux et discriminatoires.

Extrait du communiqué du gouvernement

Québec soutient qu'avec cette décision, il veut souligner l'importance qu'il accorde à la lutte contre le racisme ainsi qu'à l'accès à une information juste et de qualité.

Le premier ministre invite également les sociétés d'État à rejoindre le mouvement.

Le Conseil du Trésor a indiqué dans un courriel à Radio-Canada que le montant alloué aux placements publicitaires des ministères et organismes était de 2,2 millions de dollars pour l’année fiscale 2019-2020, alors qu’il représentait 2,5 millions pour l’année fiscale 2018-2019.

Ces montants n’incluent pas les sociétés d’État, a précisé le Conseil du Trésor.

Par ailleurs, le Conseil du Trésor affirme que chacune des campagnes fera l’objet d’une évaluation distincte et précise que le gouvernement privilégie évidemment les placements dans les médias québécois.

Le parti de François Legault, la Coalition avenir Québec (CAQ), a aussi annoncé la suspension de ses publicités sur Facebook pour un mois – à compter de dimanche par contre – et incite les autres partis politiques à faire de même.

Le Bloc québécois a d'ailleurs annoncé vendredi qu'il suspendait ses publicités sur le réseau social pour le mois de juillet afin de forcer Facebook à entendre raison, écrit le chef du parti, Yves-François Blanchet, sur Twitter.

Un mouvement mondial

Cette semaine, à l'instar des autres banques canadiennes, les institutions financières québécoises, le Mouvement Desjardins, la Banque Laurentienne et la Banque Nationale, ont annoncé qu’elles ne placeraient pas leurs publicités sur Facebook et Instagram en juillet.

À l'échelle mondiale, plus de 500 organisations et multinationales comme Coca-Cola, Adidas, Ford, Unilever, Lululemon et MEC ont rejoint le mouvement, qui réclame un contrôle plus strict des contenus racistes et haineux.

À l'origine, l'appel à un boycottage a été lancé aux États-Unis par des associations, dont la NAACP, la grande organisation de défense des droits civiques des Afro-Américains, et une organisation de lutte contre l'antisémitisme, l'Anti-Defamation League.

Facebook a soutenu cette semaine avoir pris des mesures pour contrer le racisme sur ses plateformes, notamment en utilisant l'intelligence artificielle pour cibler et effacer les discours haineux et en retirant 250 organisations suprémacistes blanches de Facebook et Instagram.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !