•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des bars demeurent fermés malgré l’autorisation d’ouvrir

Un serveur ganté verse de la bière en fut dans une pinte.

Les employés de bars devront dorénavant respecter une foule de précautions qui ne faisaient pas partie de leur réalité auparavant.

Photo : Associated Press / Petr David Josek

Une semaine s’est écoulée depuis que les bars et restaurants ont obtenu l’autorisation de rouvrir leurs portes. Cependant, certains d’entre eux ont décidé de rester fermés en raison des coûts et de la complexité des restrictions sanitaires imposées par le gouvernement.

Une semaine s’est écoulée depuis que les bars et restaurants ont obtenu l’autorisation de rouvrir leurs portes. Cependant, certains d’entre eux ont décidé de rester fermés en raison des coûts et de la complexité des restrictions sanitaires imposées par le gouvernement.

Les bars qui reprennent leurs activités doivent se conformer à plusieurs règles, dont le respect de la distanciation physique, l’interdiction de danser et le port du masque pour les employés.

Le Cabaret de la dernière chance, à Rouyn-Noranda, a annoncé qu’il demeurait fermé jusqu’à nouvel ordre. Une des copropriétaires, Véronique Aubin, indique que les règles à implanter venaient à l’encontre de l’essence du bar.

Dans la culture du Cabaret, les gens sont debout, les gens circulent, ils jouent au billard, ils chantent autour du piano. On voyait mal comment on pouvait réussir à obtenir cette ambiance-là avec les mesures de distanciation, rapporte-t-elle.

Les affiches du Shooter's bar et du V Nightclub sous la pluie.

Le bar Shooter's et le V Nightclub de Val-d'Or

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

À Val-d’Or, le V Night Club et le Shooter’s aussi demeurent fermés, considérant que les normes sanitaires à respecter sont incompatibles avec la nature de leur entreprise.

Par ailleurs, la Nouvelle Association des bars du Québec (NABQ) a tenu à rappeler aux propriétaires de bars l’importance de respecter les protocoles sanitaires. Le président de la NABQ, Pierre Thibault, déplore qu’à certains bars, on ait violé les mesures sanitaires.

Notre position est claire au sein de la NABQ; nous n'accepterons pas que les établissements aux pratiques délinquantes viennent miner tous les efforts des bons entrepreneurs qui ont investi du temps et beaucoup d'argent pour s'adapter à la nouvelle réalité des bars, a déclaré Pierre Thibault dans un communiqué de presse, ajoutant que la NABQ dénoncerait les fautifs.

Le propriétaire du Diable Rond à Rouyn-Noranda, Marc Gagné, a jugé qu’il n’était pas réaliste d’ouvrir le bar tout en appliquant la règle des deux mètres de distance, qui, selon lui, représente un plus grand obstacle dans les bars que dans les restaurants.

Dans un bar, on va là pour rencontrer des gens, pour voir du nouveau monde. Donc, ça devient plus compliqué. Et avec l’alcool, après trois, quatre, cinq consommations, ce n’est pas évident de garder les gens avec la distanciation. [...] À un mètre, je suis capable d’ouvrir. À deux mètres, c’est impossible, estime-t-il.

Ce n’est pas une question d’être prêt ou pas prêt. La question est d’être logique. C’est impensable d’ouvrir en ce moment.

Le propriétaire du Diable Rond, Marc Gagné

La réouverture implique aussi des dépenses supplémentaires pour s’adapter aux nouvelles normes, comme l’achat d’équipement de protection et de désinfection ainsi que de payer un plus grand nombre d’employés pour veiller à l’application des règles. Marc Gagné préfère donc attendre.

Au moment où on se parle, ça les prend, mais si dans un, deux, ou trois mois, ça débarque, tous ces coûts-là de plexiglas et tout ça, ça va avoir été des coûts inutiles, note-t-il.

Au Cabaret, on a jugé qu’une réouverture ne serait pas nécessairement rentable. Entre [rester fermé et] payer ces coûts fixes qu’on paie de toute façon depuis le début et rouvrir avec les revenus qu’on aurait et les dépenses supplémentaires qu’on aurait, la différence entre rester fermé et ouvrir n’est pas assez importante pour que ça vaille la peine qu’on rouvre nos portes, affirme Véronique Aubin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Coronavirus