•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Est-il sécuritaire de prendre l’avion en temps de pandémie?

Deux avions d'Air Canada et de WestJet sur le tarmac.

Les transporteurs aériens WestJet et Air Canada ont récemment mis fin à la distanciation physique dans leurs vols (archives).

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

La question se pose, alors que des passagers qui ont atterri à l’aéroport international de Vancouver pourraient avoir été exposés à la COVID-19 et que les principales compagnies aériennes du pays mettent fin à la distanciation physique dans leurs vols.

En théorie, c’est un espace assez risqué.

Srinivas Murthy, spécialiste des maladies infectieuses, UBC

Selon Srinivas Murthy, un spécialiste des maladies infectieuses qui enseigne à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), il faut peser le pour et le contre avant de faire un voyage en avion.

On sait que le virus se transmet dans les espaces clos, sans ventilation, explique-t-il. Mais cela s’applique-t-il aux avions? C’est difficile à dire.

Nous n’avons pas vu beaucoup de transmission [du virus] dans les avions — surtout parce que les avions n’ont pas circulé avec autant de gens — mais, en théorie, c’est un espace assez risqué, estime le Dr Murthy.

Le Dr Srinivas Murthy sur un plateau de télévision.

Selon le Dr Srinivas Murthy, les avions présentent des risques en théorie, mais on y a vu relativement peu de cas de contaminations.

Photo : Radio-Canada

Une responsabilité partagée

Cette semaine, le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, a demandé à ses homologues fédéraux des preuves qu’il était sécuritaire pour les compagnies aériennes de laisser tomber la distanciation physique pendant les vols.

Selon lui, la distanciation physique demeure une mesure prioritaire. La distanciation physique sauve des vies et elle est importante, quel que soit l'endroit, a affirmé le ministre jeudi.

Lorsqu’il n’est pas possible de maintenir la distance, il est important de porter un couvre-visage, de se laver les mains et d’éviter de se toucher le visage et toutes les autres surfaces, selon lui.

Bonnie Henry, la médecin hygiéniste en chef de la province, a quant à elle souligné l’importance de s'assurer que des personnes malades ne prennent pas l'avion. Selon elle, il s’agit d’une responsabilité partagée entre les passagers et les compagnies aériennes.

On ne peut pas voyager si on est malade ou qu'on a été en contact avec des gens qui ont la COVID-19, a-t-elle rappelé.

Bonnie Henry à une tribune et Adrian Dix sur le côté.

La médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, et le ministre de la Santé, Adrian Dix, s'adressent aux médias pendant la pandémie de la COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada / MIKE MCARTHUR (CBC)

Les compagnies aériennes défendent leurs politiques

WestJet et Air Canada ont défendu leurs mesures de prévention restantes. Elles soulignent toutes deux qu'elles utilisent des filtres à air HEPA [high-efficiency particulate air], qui retireraient 99,999 % des particules dans l’air , selon WestJet, et assurent un renouvellement complet de l’air toutes les deux à trois minutes, selon Air Canada.

Les deux compagnies procèdent à la désinfection de l’intérieur des avions entre les vols, et WestJet assure qu'elle vérifie la température des passagers avant l’embarquement.

Avec les informations de Rafferty Baker

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Santé