•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro offrira des tarifs préférentiels pour chauffer les serres du Québec

Le programme actuel permet uniquement de réduire les coûts associés à l'éclairage des végétaux.

Un ouvrier s'occupe de plants de tomates.

La culture en serre permet aux maraîchers de prolonger leur période de production au-delà de la saison estivale. Dans certains cas, ils peuvent même arriver à produire 12 mois par année.

Photo : Radio-Canada / Emilie Richard

Le gouvernement Legault et Hydro-Québec dévoileront dans les prochains jours un programme « très avantageux » pour les producteurs en serre, a fait savoir le premier ministre, vendredi.

Selon nos informations, la société d'État permettra dorénavant aux agriculteurs de profiter de tarifs préférentiels pour chauffer leurs serres, alors que le programme actuel leur permet uniquement de réduire les coûts associés à l'éclairage des végétaux.

La capacité électrique minimale pour bénéficier de ces tarifs, actuellement établie à 300 kilowatts, sera également abaissée pour permettre à un plus grand nombre de producteurs d'y avoir accès.

L'« option d’électricité additionnelle pour l’éclairage de photosynthèse » – c'est le nom technique qui a été donné au programme lors de sa création en 2013 – permet aux serriculteurs du Québec d'acheter de l’électricité à 5,59 cents le kilowattheure.

Cette mesure tarifaire a été conçue pour la culture en serre de tous les végétaux : fruits, légumes, plantes ornementales, etc. Même les producteurs de cannabis y ont accès, en théorie.

L'option est offerte par Hydro-Québec en tout temps, mais la société d'État spécifie sur son site web qu'elle se réserve le droit d’interdire la consommation d’électricité fournie à titre d’électricité additionnelle, moyennant un préavis de deux heures. Ces interruptions surviennent moins de 100 heures par année, lors des périodes de pointe.

Des pylônes électriques.

Les grands froids forcent parfois Hydro-Québec à interrompre la distribution d'électricité additionnelle pour répondre à la demande de sa clientèle.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À l'heure actuelle, seule une dizaine de producteurs agricoles profitent des mesures tarifaires offertes aux serriculteurs, confirme Hydro-Québec. Mais il existe aussi d'autres types d'abonnements encore plus économiques pour les grandes entreprises agricoles.

Un tarif biénergie est également offert à la clientèle résidentielle et agricole d'Hydro-Québec qui utilise l'électricité comme source d’énergie principale et un combustible comme source d’appoint, généralement le mazout.

En 2016, la société d'État calculait que l'option d’électricité additionnelle pour l’éclairage de photosynthèse et l'octroi du tarif biénergie permettaient en moyenne aux producteurs en serre d'économiser 40 % sur leurs coûts en énergie.

Une annonce sous peu

Le nouveau programme sera dévoilé dans les prochains jours par la nouvelle PDG d'Hydro-Québec, Sophie Brochu, et le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a fait savoir le premier ministre François Legault vendredi après-midi, lors de son passage en Outaouais.

François Legault, dans une serre, regarde vers un photographe.

François Legault visitant une serre lors de la campagne électorale de 2018, à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay, en Montérégie.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Soulignant l'importance de l'agriculture pour la région, M. Legault a rappelé que le Québec importait beaucoup de fruits et légumes du sud des États-Unis, et que la pandémie de COVID-19 avait suscité des craintes quant aux chaînes d’approvisionnement alimentaires.

Selon lui, l'élargissement des mesures tarifaires offertes par Hydro-Québec aux serriculteurs aidera son gouvernement à atteindre l'objectif que s'est donné la CAQ aux dernières élections de doubler la superficie de la culture en serre au Québec.

Sophie Brochu est à la table des invités de l'émission « Tout le monde en parle ».

Sophie Brochu est devenue PDG d'Hydro-Québec au tout début de la pandémie de COVID-19.

Photo : Avanti Groupe

Lors de son passage à Tout le monde en parle, en avril dernier, Sophie Brochu avait déclaré qu'Hydro-Québec serait au rendez-vous si la filière de la production en serre devait se développer dans le futur.

Ce n’est pas nous qui allons lancer cette filière, ce n’est pas notre boulot, avait-elle prévenu. Nous, on est là pour appuyer le rêve et la passion de Québécois, et là, ce qu’on voit, c’est qu’on va avoir un désir d’autarcie. On va vouloir produire local, et puis acheter local. Donc, ça va créer une nouvelle dynamique de consommation, et on va être là pour la supporter.

Reste à voir si les modifications qui seront proposées par le gouvernement Legault et Hydro-Québec seront approuvées par la Régie de l'énergie à temps pour l'hiver prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Économie