•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Consultations publiques sur l’avenir de la statue de John A. Macdonald à Regina

Regina est la dernière ville de l’Ouest canadien ayant une statue de l’ancien premier ministre canadien.

Des manifestants devant la statue de John A. Macdonald au parc Victoria à Regina.

Depuis le 16 juin, des activistes pour les droits des Autochtones occupent le parc Victoria pour que la Ville de Regina déboulonne la statue de John A. Macdonald.

Photo : Radio-Canada / Raphaële Frigon

Le maire de Regina, Michael Fougere, soutient que des consultations publiques sont nécessaires avant que son administration ne prenne une décision quant au sort de la statue de l’ancien premier ministre du Canada John A. Macdonald, située dans le parc Victoria.

Ce processus nous permettra de déterminer, grâce à des consultations auprès des communautés autochtones et du public en général, ce que le public pense de la présence de la statue et ce qu’il aimerait que nous en fassions, dit le maire.

Il y a quelques années, le juge en chef de la Cour suprême du Canada avait reconnu que John A. Macdonald avait sa part de responsabilités dans le génocide culturel des Autochtones au pays. Regina est la dernière ville de l’Ouest canadien ayant une statue de l’ancien premier ministre canadien.

Des activistes rencontrent le maire

Depuis le 16 juin, les activistes pour les droits des Autochtones Kerry Bellegarde Opoonechaw et Star Andreas font un sit-in pour que la Ville déboulonne la statue de John A. Macdonald.

Vendredi, elles ont rencontré le maire de la capitale provinciale pour discuter du processus de consultations publiques, ainsi que des possibilités envisagées par la Ville de Regina.

Malgré tout, Kerry Bellegarde Opoonechaw préfère demeurer optimiste et croit que la rencontre avec le maire est pleine d’espoir.

Je suis assez heureuse, car il est prêt à travailler avec nous et à faire la liaison avec le conseil municipal, indique-t-elle. Je comprends qu’il y a d’autres aspects et qu’il y a de l’argent en jeu, mais c’est important de travailler dans le respect.

Deux femmes en rouge parlent à un homme en veston dans un parc.

Star Andreas et Kerry Bellegarde Opoonechaw en discussion avec le maire de Regina, Michael Fougere.

Photo : Radio-Canada / Raphaële Frigon

De son côté, Star Andreas est déçue que le maire n’ait pas été en mesure de dire avec certitude si la statue serait retirée ou non.

Nous ne voulons plus voir cette statue dans le parc. Imaginez si c’était une statue de Hitler. J’aimerais bien voir la réaction des gens si c’était le cas.

Star Andreas

Chaque fois qu’elle se rend au parc, elle fait face à ce que l’ancien premier ministre canadien a fait subir aux jeunes Autochtones.

Nous voulons que la Ville rende le parc beau à nouveau. Que la population de Regina puisse en être fière, dit Mme Andreas. Ce n'est pas juste pour les Premières Nations, mais aussi pour les minorités visibles comme les Noirs ou les Asiatiques, d’avoir une statue de cet homme dans le parc.

Plusieurs options

Le maire de Regina a refusé de donner son avis personnel sur la présence de la statue dans le parc Victoria.

Michael Fougere croit que les propositions qui seront faites par la communauté seront le statu quo, garder le monument au même endroit, mais en y ajoutant une plaque évoquant la façon dont John A. Macdonald a traité les Autochtones, la déplacer à un autre endroit ou dans un musée, ou encore la détruire.

Il précise toutefois que toutes les options demeurent ouvertes et que les résultats des consultations publiques aideront le conseil municipal à prendre une décision finale éclairée.

Avec les informations de Raphaële Frigon et Jennifer Francis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Société