•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mort d'un pilote de Vancouver serait due à une intoxication au monoxyde de carbone

Le pilote Gareth Morgan.

Le pilote Gareth Morgan comptait plus de 10 000 heures de vol et était extrêmement expérimenté, selon ses collègues et patrons.

Photo : Instagram/Gareth Morgan

Radio-Canada

Des éléments d'enquête auraient permis d’élucider la cause d’un accident d’avion, survenu en Australie en 2017, et qui avait entraîné la mort d’un pilote britanno-colombien.

Un échappement de monoxyde de carbone aurait intoxiqué Gareth Morgan, originaire de North Vancouver, ce qui a entraîné l'écrasement de l’appareil DHC-2 Beaver qu’il pilotait dans une baie au nord de Sydney.

Selon une mise à jour de l'enquête publiée vendredi par le Bureau de la sécurité des transports de l'Australie (ATSB), des tests sanguins effectués sur le corps de M. Morgan, âgé de 44 ans au moment de l'accident, ainsi que sur deux des cinq passagers britanniques de l’avion, ont montré des niveaux élevés de monoxyde de carbone.

D'après une consultation avec des experts médicaux et une recherche sur les effets du monoxyde de carbone sur les opérations des aéronefs, l'ATSB considère que les niveaux de monoxyde de carbone sont susceptibles d'avoir nui à la capacité du pilote de contrôler l'avion, indique le commissaire en chef de l'ATSB, Greg Hood.

Des hommes et un bateau.

Les secours s'affairent pour extraire les corps et récupérer des débris de l'hydravion qui s'est écrasé en Australie, accident dans lequel les six occupants sont morts. (Archives)

Photo : Associated Press / Perry Duffin

Éviter des accidents semblables

Une fissure dans le système d'échappement du moteur a été découverte par les enquêteurs. De plus, des boulons manquaient sur le pare-feu qui sépare le compartiment du moteur de la cabine de l'avion, où étaient assis le pilote et ses passagers.

Même si l'enquête est toujours en cours, l'ATSB soutient qu'il est nécessaire d'informer le public de ces conclusions préliminaires afin que des mesures puissent être prises pour éviter une autre tragédie semblable.

La meilleure prévention contre l'exposition au monoxyde de carbone des occupants des avions est l'inspection régulière des systèmes d'échappement des aéronefs afin de repérer et de réparer les brèches dans le pare-feu, affirme M. Hood.

Dans un communiqué, le propriétaire de l'avion, Sydney Seaplanes, assure avoir un programme strict d'inspection des moteurs.

Un pilote extrêmement expérimenté

Sydney Seaplanes décrit Gareth Morgan comme un pilote aimé et respecté par ses collègues. Il était extrêmement expérimenté, comptant plus de 10 000 heures de vol.

Il transportait cinq passagers au moment de l'écrasement. L’homme d’affaires britannique et président-directeur général de Compass Group, Richard Cousins, ses deux fils, sa fiancée et la fille de celle-ci sont tous morts dans l’accident. Ils étaient en vacances.

Avec les informations de Bethany Lindsay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Écrasement d'avion