•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vélo, boulot... canot? Un médecin d'Edmonton va travailler en canot chaque matin

Vélo à bord d'un canot.

Même en hiver, Darren Markland se déplace en vélo pour se rendre travailler.

Photo : Fournie par Darren Markland

Radio-Canada

Alors que certains partent à la course pour prendre le volant ou monter dans l’autobus, l’Edmontonien Darren Markland est déjà parti depuis belle lurette pagayer sur la rivière Saskatchewan-Nord. Depuis trois ans, ce médecin se rend au travail à bord d’un canot, qu’il déplace à vélo.

Sa journée commence en attelant son canot à son vélo de route, ce qui lui permet de déplacer l’embarcation de sa maison jusqu’à la rampe de mise à l’eau Sir Wilfred Laurier, dans l’ouest d’Edmonton.

Darren Markland sourit avec une veste de sauvetage, en marge de la rivière Saskatchewan-Nord.

Darren Markland espère que son histoire inspira des personnes à tenter le canot, même pour leurs loisirs.

Photo : Fournie par Darren Markland

Après avoir placé son vélo démonté dans le canot, il pagaie durant près de deux heures pour se rendre au centre-ville d’Edmonton, où il accoste et attache de nouveau le canot à son vélo.

Après une montée ardue, il se rend à l’hôpital Royal Alexandra, où il se gare et commence son quart de nuit régulier d’environ 15 heures.

Relaxer, même en faisant la navette

Darren Markland a adopté ce nouveau moyen de transport, car il était de plus en plus insatisfait de son trajet vers le travail, qu'il considérait comme le pire moment de la journée.

J'ai des amis qui ont des canots, et un, en particulier, qui m'a montré qu’il est possible de déplacer un canot avec un vélo. C’est là que j’ai eu le déclic, raconte-t-il.

Le temps que j’arrive au travail, mes batteries sont complètement rechargées.

Darren Markland

Maintenant, au lieu de rencontrer des piétons pressés d’arriver à destination, il rencontre plutôt des chercheurs d’or et des pêcheurs, le long de son chemin.

Il est sept heures du matin quand je reviens à la maison, et j’ai toujours hâte de retourner en canot et de regarder le lever du soleil.

Avec les informations de Pippa Reed

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Transports