•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétrolière albertaine envoie du pétrole vers l'est du pays par le canal de Panama

Le pétrolier Cabo de Hornos est amarré au terminal pétrolier de Burnaby, en banlieue de Vancouver.

Le pétrolier Cabo de Hornos fera un long voyage pour atteindre la raffinerie de Saint John, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Trans Mountain Corp

Radio-Canada

La pétrolière Cenovus Energy annonce qu'elle a envoyé du pétrole brut jusqu’à la raffinerie Irving de Saint John, au Nouveau-Brunswick, en passant par le canal de Panama. Elle dit être la première à le faire, en ces temps où l'industrie explore de nouvelles façons d’atteindre les marchés.

Le producteur des sables bitumineux a annoncé, le 1er juillet, qu'il avait envoyé un pétrolier du terminal de Trans Mountain de Burnaby, en Colombie-Britannique, vers l’est du Canada en passant par le canal, un trajet de 11 900 kilomètres.

Il y a deux mois, la pétrolière Irving, qui exploite la plus grande raffinerie du pays, a surpris le secteur en annonçant sa volonté de recevoir plus de brut de l'Ouest canadien en utilisant des pétroliers à partir de cet été.

Le vice-président de Cenovus, Keith Chiasson, a déclaré dans un communiqué qu'il s'agissait d'un envoi unique pour le moment.

Mais nous pensons que cette réussite a le potentiel de créer une valeur ajoutée pour les entreprises et l'ensemble du pays, a-t-il déclaré, ajoutant que Cenovus était satisfait du potentiel économique de la transaction.

Au printemps, Irving Oil a demandé à l'Office des transports du Canada (OTC) d'utiliser des pétroliers étrangers afin d'augmenter la quantité de pétrole brut provenant du large de Terre-Neuve et de l'ouest du Canada.

L’entreprise souhaite augmenter la part du pétrole canadien qu’elle raffine.

Le gouvernement de l'Alberta est satisfait qu'Irving veuille utiliser davantage de brut de l'Ouest canadien, mais trouve malheureux qu'il faille avoir recours à des routes maritimes compliquées plutôt qu’à un pipeline, comme l’aurait fait Énergie Est.

D’un autre côté, ça me rend heureux parce que nous allons enfin pouvoir envoyer notre pétrole canadien à une raffinerie canadienne de l’est du pays, a lancé le premier ministre, Jason Kenney.

Cela montre vraiment le ridicule de cette situation.

Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

Il a rappelé que le projet Énergie Est aurait transporté du pétrole beaucoup plus directement, avec moins de risques et avec une empreinte écologique bien moindre. Le projet a été annulé en raison de la vive opposition au Québec, notamment.

Ceci montre à quel point la situation est rendue ridicule au Canada, a dit Jason Kenney, relançant son appel pour un corridor énergétique canadien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Industrie pétrolière