•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants à Edmundston réclament justice pour Chantel Moore

Une statue représentant un policier assis sur un banc. Des manifestants sont debout près de cet endroit. Une femme assise par terre dessine une affiche pour la manifestation.

Des citoyens qui réclament justice pour Chantel Moore se sont rassemblés le 3 juillet 2020 près des locaux de la Force policière d'Edmundston au Nouveau-Brunswick, où se trouve ce monument à l'effigie d'un agent de police.

Photo : CBC / Shane Fowler

Radio-Canada

Une vingtaine de personnes ont manifesté vendredi devant les bureaux de la police municipale d’Edmundston, au Nouveau-Brunswick. Ils réclament justice pour Chantel Moore, qui a été abattue par un agent de la Force policière d'Edmundston, le 4 juin.

Les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles ils ont inscrit des messages clairs.

Une femme et un homme habillés en jaune. La femme a un masque sur le visage, tient une photo de sa fille et une urne dans laquelle se trouvent ses cendres et sur laquelle sont gravés les mots « Stay golden ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Martha Martin (à gauche), mère de Chantel Moore, tient l'urne dans laquelle se trouvent les cendres de sa fille, ainsi qu'une photo de celle-ci, lors de la manifestation du 3 juillet 2020 à Edmundston.

Photo : CBC / Logan Perley

Ils dénoncent la mort de la jeune femme et demandent qu’une accusation de meurtre soit portée contre le policier qui a tiré sur elle.

Chantel Moore, une femme autochtone de 26 ans, est morte le 4 juin sous les balles d’un policier d’Edmundston.

La police avait été appelée à son domicile durant la nuit pour vérifier si elle se portait bien. Selon la famille de Mme Moore, c’était à la demande d’un ami qui se trouvait à Toronto et qui s’inquiétait à son sujet.

Une pancarte sur laquelle « No Justice, No Peace » est écrit est levée devant le bâtiment de la Force policière d'Edmundston.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des personnes réclamant justice pour Chantel Moore se sont rassemblées devant le poste de police d'Edmundston, le 3 juillet 2020, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Mikael Mayer

La police municipale a affirmé que Chantel Moore tenait un couteau et que le policier avait tiré parce qu’il avait eu peur pour sa vie.

Ces explications ne satisfont pas la famille et les proches de la défunte.

Des gens tenant des pancartes sont debout sur un trottoir.

Des citoyens réclament justice pour Chantel Moore, le 3 juillet 2020, à Edmundston au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Mikael Mayer

Le Bureau des enquêtes indépendantes du Québec mène l’enquête sur les actions des agents de cette force municipale du Nouveau-Brunswick lors de cette intervention du 4 juin.

Jeudi, la Ville d'Edmundston a confirmé que le policier qui a tué Chantel Moore était de retour au travail dans la Force policière d'Edmundston depuis le 29 juin. Il est affecté à des tâches de bureau.

Avec des renseignements de Shane Fowler et Logan Perley, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.