•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nestlé vend ses activités canadiennes d’eau embouteillée

Des bouteilles d'eau Nestlé.

Des bouteilles d'eau Nestlé

Photo : La Presse canadienne / Graeme Roy

Le géant Nestlé vend sa marque d’eau embouteillée Pure Life à l’entreprise canadienne Ice River Springs, alors que l’Ontario s’apprête à donner aux municipalités un droit de veto sur tous les nouveaux permis d’embouteillage d’eau.

La transaction, qui nécessite le feu vert des autorités réglementaires, comprend deux usines situées à Puslinch, en Ontario, et à Hope, en Colombie-Britannique, ainsi qu’un puits à Erin, en Ontario.

Le président et chef de la direction de Nestlé Canada, Jeff Hamilton, a expliqué par voie de communiqué qu’il serait plus rentable pour l’entreprise de se concentrer sur ses marques internationales San Pellegrino, Perrier et Acqua Panna.

Nous sommes heureux que Ice River Springs, une entreprise canadienne axée sur le développement durable, ait accepté d'acheter ces activités.

Jeff Hamilton, président et chef de la direction de Nestlé Canada
C'est en Ontario que l'on retrouve les tarifs les plus élevés pour puiser les eaux souterraines.

Nestlé compte vendre ses installations associées à la marque Pure Life en Ontario et en Colombie-Britannique.

Photo : Colin Butler/CBC

De son côté, la compagnie ontarienne Ice River Springs affirme que cette acquisition s’aligne bien avec ses ambitions d’accroître ses activités au-delà de la vente au détail d’eau en bouteille.

L’entreprise familiale comprend aussi des installations de recyclage de matières plastiques. Sa filiale BMT Recycling prend des bouteilles et des emballages en plastique récupérés par les municipalités afin de produire du plastique pour des emballages alimentaires.

De la poudre aux yeux?

Robert Case, président du groupe de militants Wellington Water Watchers, affirme que cette transaction ne fera que changer le mal de place. Son organisme s’est longtemps battu pour protéger les aquifères dans le Sud de l’Ontario.

Quelques dizaines de manifestants devant le bureau du ministre de l'Environnement.

Des manifestants de Wellington Water Watchers et d'autres groupes environnementaux rassemblés devant le bureau du ministre de l'Environnement de l'Ontario en 2018

Photo : Radio-Canada / Marie-Michelle Lauzon

C’est une tentative à peine voilée d’apaiser la population en soulignant que c’est une entreprise familiale écoresponsable en Ontario qui rachète les activités, dit-il.

Ce n’est pas une véritable sortie. L’embouteillage d’eau va continuer.

Robert Case, président de Wellington Water Watchers

Il s’indigne que ces richesses naturelles continuent d’être privatisées et revendues au public, alors que certaines communautés autochtones dans la région n’ont toujours pas accès à de l’eau potable.

Nouvelles règles en Ontario

Le mois dernier, l’Ontario a annoncé de nouvelles règles concernant l’utilisation de l’eau dans la province, trois ans après le moratoire décrété par l'ancien gouvernement libéral sur les nouveaux permis de prélèvement d’eau à des fins commerciales.

Le gouvernement Ford compte maintenant accorder un droit de veto aux municipalités sur les nouveaux permis d’embouteillage d’eau, alors que le moratoire déjà prolongé par les progressistes-conservateurs prendra fin en octobre prochain.

Jeff Yurek répond aux questions des journalistes lors d'une mêlée de presse.

Le ministre ontarien de l'Environnement, Jeff Yurek

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le chef du Parti vert en Ontario, Mike Schreiner, estime que la mobilisation citoyenne a grandement influencé ces nouvelles règles, mais il souhaite que le gouvernement aille encore plus loin.

De nombreux groupes ne veulent pas que l’eau soit une marchandise privatisée et on s’inquiète toujours du plastique à usage unique.

Mike Schreiner, député vert de Guelph

Le député, qui représente la région où sont situées les activités de Nestlé en Ontario, s’inquiète du fait que le nouveau cadre législatif ne touche que les nouveaux permis et non pas ceux qui ont déjà été octroyés.

Nestlé s’attend à conclure cette transaction lors de son troisième trimestre. Le prix de vente n’a pas été dévoilé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Environnement

Économie