•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des films québécois pour la réouverture des cinémas

Des personnes avec des masques sont assises à distance.

Les cinéphiles devront garder leur distance dans les salles.

Photo : getty images/istockphoto / Кристина Чистякова

Cecile Gladel

Après presque quatre mois de fermeture, la majorité des salles de cinéma du Québec rouvrent le 3 juillet. Les films québécois, nouveaux ou classiques, figurent dans la majorité des programmations, selon l’Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ).

On verra la suite, mais on est très heureux d’ouvrir. Je pense que les gens veulent sortir et aller au cinéma. On reprend notre souffle comme si on avait hiberné, souligne Denis Hurtubise, président de l'APCQ, qui précise que l’achat local pourra se refléter aussi au cinéma.

En effet, les films de distributeurs québécois sont privilégiés, qu’ils viennent d’ici ou de l’étranger. Le film québécois qui sera en vedette dès la semaine prochaine est Target Number One (Suspect numéro un), de Daniel Roby, avec Antoine Olivier Pilon et Josh Hartnett.

D’ailleurs, une campagne de 12 mois est prévue afin de promouvoir le retour en salles et les films des distributeurs d’ici.

Cette campagne vient du comité de relance formé par les entreprises de distributions, les maisons de productions, l’APCQ et la Corporation des salles de cinéma du Québec. Le fait que les sorties de gros films américains soient reportées, comme Tenet, de Christopher Nolan, joue aussi dans leur décision.

[Outre les nouveautés], on va aussi reprendre des films américains, et beaucoup vont reprendre des classiques québécois et américains. Ça sera un mélange. Des cinémas reprennent Les Boys, Antigone, etc. Des films comme C.R.A.Z.Y. ou La grande séduction n’en font pas partie, une question de droits.

Denis Hurtubise

Par ailleurs, deux films québécois sortis en février et mars – Mafia inc., de Podz, et 14 jours 12 nuits, de Jean-Philippe Duval – vont reprendre leurs vies brutalement arrêtées sur les grands écrans.

La reprise, ce sera le retour aux habitudes pour les cinémas Beaubien, du Parc et du Musée. On a une programmation qui n’est pas à la remorque des sorties des grands films américains. On aura un mélange de films maltraités à la fermeture pour leur donner la chance de finir leur carrière correctement. Puis les nouveautés vont s’enchaîner, précise Mario Fortin, président-directeur général des trois cinémas indépendants.

Les mesures prises

Évidemment, les mêmes mesures sanitaires que dans les commerces et autres lieux clos sont mises en place dans les salles de cinéma. On demande aux gens de garder une distance de 2 m dans les files d’attente, de laisser un ou deux sièges entre les membres de différents foyers, de se laver les mains en entrant et d'éviter d'aller au cinéma s'ils présentent des symptômes grippaux. La clientèle devra aussi répondre aux questions habituelles sur leur état de santé.

Des gens sont assis dans une salle de cinéma en respectant le principe de distanciation physique.

Des gens consomment des boissons gazeuses et du maïs soufflé dans une salle de cinéma de Bangkok, en Thaïlande, le 1er juin 2020. Pour garder les cinéphiles à distance, des sièges réservés seront déployés dans chaque salle du réseau Cineplex.

Photo : Associated Press / Sakchai Lalit

On pense qu’on a tout prévu, mais on espère que tout va bien fonctionner. Il n’y a pas beaucoup de modifications dans les salles, mais on va mettre à l’épreuve ce qu’on a vu venir. Il n’y aura pas grand-chose de différent de ce qui se fait ailleurs au Québec et dans le monde, dit Mario Fortin, en ajoutant que les gens suivent déjà de telles mesures dans les commerces.

Par ailleurs, le port du couvre-visage est suggéré, mais pas obligatoire. On n’est pas contre, mais on ne le publicise pas, on le suggère. Si c’est notre habitude de vie, ce n’est pas cher payé, pense Denis Hurtubise.

La capacité des cinémas

Jusqu’au 15 juillet, les salles de cinéma ne pourront accueillir que 50 personnes. Par la suite, ce sera 250. Pour les cinémas Beaubien ou du Parc, ce n’est pas un problème, sauf lors des moments de grande affluence où les salles sont presque pleines. Outre ce manque à gagner, ce sont les coûts de personnel qui augmenteront, car en plus grand nombre.

L'homme regarde sur le côté.

Mario Fortin, président-directeur général du Cinéma Beaubien

Photo : Radio-Canada

Le lundi, on n’a pas 50 places occupées. C’est le samedi soir qu’on avait plus de 50 personnes. La première semaine d’une nouveauté, les salles sont pleines à 60-70 %, parfois 100 %. On n’est pas comme le centre Bell complet tous les soirs. On est ouvert sept jours par semaine, on a un éventail de possibilité pour voir les films qui vont être diffusés 15 à 20 fois par semaine, constate Mario Fortin, qui conseille aux cinéphiles de ne pas se précipiter au cinéma le samedi soir et choisir plutôt des moments moins occupés.

Des ouvertures plus hâtives

Si l’ouverture officielle est le 3 juillet, quelques cinémas avaient décidé d’ouvrir dès que le gouvernement du Québec l’a autorisé, soit le 22 juin. Le Dollar Cinéma et le Cinéma Starz à Montréal étaient de ceux-là.

Au Canada, les grands écrans ont repris du service en Colombie-Britannique et en Alberta avec la réouverture partielle dès le 26 juin des Cineplex et Landmark Cinemas, deux des plus grosses chaînes au Canada. Certains des cinémas Cineplex ouvrent leurs salles le 3 juillet dans une première vague de réouverture au Nouveau-Brunswick.

Les cinq ciné-parcs encore en activité au Québec ont été les premiers à rouvrir puisque la distanciation physique était plus facile à maintenir avec les voitures. Même chose du côté du nouveau Théâtre Ciné-Parc Royalmount à Montréal.

Quels films voir?

Des films classiques seront repris en salle comme Bon cop, bad cop et Incendies.

Deux policiers face à face.

Bon cop, bad cop, d'Érik Canuel

Photo : Alliance Vivafilm

Des films sortis plus tôt sont de retour sur grand écran : Le vingtième siècle, Les nôtres, Portrait de la jeune fille en feu, Papicha, Parasite, Alice et le maire et Le grand bain.

Femme des casernes, un documentaire sur les pompières, qui était sorti le 13 mars 2020, reviendra en salle.

Des nouveautés

3 juillet

  • 100 kilos d'étoiles, de Marie-Sophie Chambon
  • L’opéra de Paris, de Jean-Stéphane Bron
  • Docteur?, avec Michel Blanc et Hakim Jemili
  • John Lewis: Good Trouble, de Dawn Porter
  • C’est ça le paradis, d’Elia Suleiman
  • Un fils, de Mehdi Barsaoui

10 juillet

  • Suspect numéro un, de Daniel Roby, avec Antoine Olivier Pilon et Josh Hartnett
  • Guest of Honour (L’invité d’honneur), d’Atom Egoyan
  • Le jeune Ahmed, de Jean-Pierre et Luc Dardenne
  • First Cow, de Kelly Reichardt

17 juillet

  • Saint Maud, de Rose Glass
  • Nuestras madres (Nos mères), de Cesar Diaz

24 juillet

  • Au nom de la terre, avec Guillaume Canet
  • #JeSuisLà, d’Eric Lartigau, avec Alain Chabat
  • Pompéi, d’Anna Falguères et John Shank, avec Aliocha Schneider

31 juillet

  • Crash, de David Cronenberg en version 4K
  • Random Acts of Violence (Actes de violence), de Jay Baruchel
  • SamSam, de Tanguy de Kermel (dessin animé)
  • Enragé, de Derrick Borte, avec Russell Crowe

7 août

  • The Broken Hearts Gallery (La galerie des cœurs brisés), de Natalie Krinsky
  • De Gaulle, de Gabriel Le Bomin, avec Lambert Wilson
  • Flashwood, de Jean-Carl Boucher, avec Pier-Luc Funk, Antoine Desrochers, Simon Pigeon, Maxime Desjardins-Tremblay, Laurent-Christophe de Ruelle, Karelle Tremblay, Rose-Marie Perreault, Mehdi Bousaidan, Martin Dubreuil, Sophie Nélisse et Jeanne Roux-Côté
  • Mon chien stupide, d’Yvan Attal

12 août

  • Tenet, de Christopher Nolan

14 août

  • Fatima, de Marco Pontecorvo, avec Harvey Keitel et Goran Visnjic
  • Greenland (Groenland), de Ric Roman Waugh
  • Les parfums, de Grégory Magne, avec Emmanuelle Devos

21 août

  • La bonne épouse, de Martin Provost, avec Juliette Binoche, Yolande Moreau, Noémie Lvovsky, Edouard Baer, François Berléand et Marie Zabukovec
  • Divorce Club, de Michaël Youn, avec Arnaud Ducret et François-Xavier Demaison
  • Mulan, de Niki Caro

28 août

  • The Courier, de Dominic Cooke
  • Femmes, de Yann Arthus-Bertrand et Anastasia Mikova

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts