•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les rumeurs d’élections sont relancées au Nouveau-Brunswick

Blaine Higgs à Quispamsis le soir de son élection le 24 septembre 2018.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Les rumeurs de déclenchement d’élections générales reprennent de plus belle au Nouveau-Brunswick.

Dans une entrevue accordée au Telegraph Journal, le premier ministre Blaine Higgs a dit réfléchir à la possibilité de tenir des élections cet automne.

Le Parti progressiste-conservateur de M. Higgs forme un gouvernement minoritaire depuis l’automne 2018.

Blaine Higgs affirme que de déclencher des élections cet été n’est pas son souhait, mais il soutient qu’on ne lui laissera peut-être pas le choix.

Trois élections partielles ou une élection générale?

Il y a deux sièges vacants à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick.

Au début de la pandémie de coronavirus à la fin de l’hiver, une poignée de députés se sont réunis le 17 mars et on voté pour le report à une date indéterminée des deux élections complémentaires qui devaient avoir lieu le 15 juin.

Ces deux élections partielles sont toujours nécessaires dans les circonscriptions de Baie-de-Shediac-Dieppe et de Sainte-Croix.

Depuis, le député progressiste-conservateur de Sussex-Fundy-St. Martins, Bruce Northrup, a annoncé qu’il quitterait sous peu son siège, forçant une autre élection partielle à l’automne.

Blaine Higgs souriant devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, le 24 juin 2020 à Fredericton.

Photo : Radio-Canada

Si le Parti progressiste-conservateur devait perdre ces circonscriptions, a dit Blaine Higgs, il lui serait impossible de gouverner. Il s’interroge à savoir si cela serait représentatif de la volonté [des] Néo-Brunswickois .

Dans une déclaration par courriel à Radio-Canada jeudi soir, le premier ministre Blaine Higgs dit qu’il se demande si on doit laisser seulement trois circonscriptions décider si le gouvernement de la province doit changer, ou s’il n’est pas préférable de demander à tous les Néo-Brunswickois de prendre cette décision .

Cela doit faire partie de l'analyse , déclare-t-il.

Répartition des sièges à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

Parti progressiste-conservateur : 20

Parti libéral : 19 (sans inclure le président de la Chambre)

Alliance des gens : 3

Parti vert : 3

Indépendant : 1

Sièges vacants : 2

Selon Roger Ouellette, un politologue de l’Université de Moncton, il y a peu de doutes sur la réelle volonté du premier ministre Higgs.

On voit que lorsqu'il dit que c'est la population en général qui devrait décider du sort [du] gouvernement, et non pas trois circonscriptions, c'est un langage à peine codé qui nous dit :"J'en veux des élections" , affirme M. Ouellette.

roger_ouelette

Roger Ouellette, politologue (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Lacelle

Il en veut vraiment des élections cet automne, et puis la seule chose, à mon avis, qui pourrait y mettre les freins, ce serait une remontée de la COVID dans la province , poursuit Roger Ouellette. Si on enlève la COVID, M. Higgs veut des élections et, à moins d'un événement, nous aurons des élections.

Du côté de l’opposition officielle à Fredericton, le chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Kevin Vickers, soutient que le moment est mal choisi pour déclencher une élection dans toute la province.

Selon lui, M. Higgs devrait travailler sur un plan de relance économique pour le Nouveau-Brunswick.

Kevin Vickers à Miramichi en 2019.

Kevin Vickers, chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, à Miramichi en 2019.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

C’est vraiment important, maintenant, pour tout le monde, d’être bien focussé sur l’économie et la pandémie. Ce n’est pas le temps de parler [...] des élections , déclare Kevin Vickers.

Devenu chef du Parti libéral au printemps 2019, M. Vickers ne siège toujours pas à l’Assemblée législative et espère y entrer en étant élu dans Baie-de-Shediac-Dieppe.

D’après le reportage de Sophie Désautels

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale