•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aéroport de Bathurst : plaidoyer pour le retour d'un vol commercial

Des travailleurs prennent l'avion à l'aéroport de Bathurst.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Radio-Canada

Les habitants de la région de Bathurst ne sont pas prêts à abandonner la liaison aérienne Bathurst-Montréal. Après l’annonce de l'abolition de cet itinéraire par Air Canada, des voix s'élèvent pour réclamer de l’aide des gouvernements.

C'est un choc pour moi et aussi pour tous les gens d'ici dans le nord du Nouveau-Brunswick, confie Brian Kenny, le député libéral de Bathurst-Ouest-Beresford.

Le député local voit cela comme un revers sur le plan économique pour sa région. Il demande une aide des gouvernements provincial et fédéral.

Portrait de Brian Kenny.

Le député local voit cela comme un revers sur le plan économique pour sa région.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Je pense c'est important pour notre premier ministre, ici au Nouveau-Brunswick, pour parler avec Air Canada et aussi pour faire une rencontre avec les gens d'affaires, ici, dans le Nord, souligne-t-il.

Brian Kenny croit que dans cette période de crise, Ottawa devrait intervenir afin d'aider Air Canada à desservir des petits aéroports, comme celui de Bathurst.

C'est important pour tous les gouvernements de regarder toutes les portes, et puis les possibilités pour ouvrir, ici, dans le nord du Nouveau-Brunswick, spécialement l'aéroport de Bathurst, revendique-t-il.

L'entrée de l'aéroport de Bathurst.

Le 30 juin, Air Canada a annoncé qu’elle supprimait son escale à Bathurst. Avant la pandémie, deux à trois vols par jour s’effectuaient jusqu’à Montréal.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Un point de vue partagé par l’entrepreneur Robert Lennon, qui était un client régulier de cette aérogare.

Moi, c'était au moins une couple de fois par mois, j'étais sur un avion pour m'en aller quelque part dans le monde, raconte M. Lennon, copropriétaire de l’entreprise Thermalwood.

La décision d'Air Canada de cesser ses vols entre Bathurst et Montréal l'obligera à se rendre à l'Aéroport de Moncton, à plus de deux heures de route de chez lui.

Robert Lennon, copropriétaire de l’entreprise Thermalwood.

Robert Lennon croit que l'aéroport est un outil essentiel pour le développement économique du nord du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Quand tu arrives tard le soir à minuit ou à une heure du matin, ça ajoute des coûts à tous les voyages. Il faut que tu restes à un hôtel. Tu peux prendre des chances à monter, mais tu prends un risque quand même, indique-t-il.

Cet entrepreneur croit que l'aéroport est un outil essentiel pour le développement économique du nord du Nouveau-Brunswick. Il espère qu'un autre transporteur aérien prendra bientôt la relève d'Air Canada.

Ne pas avoir d'aéroport, ça ne fait pas de sens. Ça fait que je suis sûr que, quelque part, il y a quelqu'un qui va se débattre pour avoir quelque chose.

Robert Lennon, copropriétaire de l’entreprise Thermalwood.

Retenu à l'extérieur de la région, le directeur de l'aéroport, Jamie DeGrace, indique que le conseil d'administration va se réunir prochainement afin de se pencher sur la décision d'Air Canada, et d'explorer les options de l'aéroport pour créer une nouvelle liaison avec Montréal.

Le 30 juin, Air Canada avait annoncé qu’elle supprimait son escale à Bathurst. Avant la pandémie, deux à trois vols par jour s’effectuaient jusqu’à Montréal pour être au service des travailleurs, des touristes et des Acadiens expatriés.

50 000 passagers utilisent l'aéroport de Bathurst chaque année.

D'après le reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Industrie aéronautique