•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les portes closes de l'urgence de l'Hôpital Campbellton irritent des Gaspésiens

L'Hôpital régional de Campbellton, vu de l'extérieur, en été.

L'Hôpital régional de Campbellton (archives)

Photo : Radio-Canada

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, demande au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie de revoir son entente avec l'Hôpital de Campbellton, au Nouveau-Brunswick.

Il considère que les services fournis aux citoyens qu'il représente ne sont pas suffisants et souhaite rehausser les services en sol québécois, soit au CLSC de Matapédia.

Sylvain Roy rappelle que Québec paye environ 10 millions de dollars pour assurer le service des urgences des Québécois de l'autre côté de la frontière.

Pour lui, c'est trop cher payé.

Actuellement, ça met la vie des gens en danger. Il y a des gens qui partent des Plateaux et ils vont à Maria. Maria, c’est plein. On a même envoyé des gens à Amqui et Chandler. Ça n’a pas de bon sens.

Sylvain Roy, député de Bonaventure
Sylvain Roy photographié devant un lutrin.

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, estime que les résidents de la partie ouest de la MRC d'Avignon sont mal servis (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Une malade devant une porte close

La résidente des Plateaux est restée huit jours au CHU de Québec.

Roselyne Lebrun dit avoir été hospitalisée durant un peu plus d'une semaine dans un hôpital de Québec pour soigner son infection.

Photo : Roselyne Lebrun

Une résidente de Saint-François-d'Assise, Roselyne Lebrun, en sait quelque chose.

Il y a un mois, alors qu'elle était fiévreuse, elle s'est présentée à l'urgence de Campbellton. Elle raconte que ses forces l'avaient tellement abandonnée que son mari a dû utiliser un fauteuil roulant pour la déplacer.

Finalement, l'urgence était fermée et on lui a dit de partir.

J'étais à veille de tomber quasiment en convulsions à force que je faisais de la fièvre, raconte-t-elle.

Le couple a pris la direction de l'hôpital de Maria, où on a ordonné son transfert d'urgence vers Québec en avion-ambulance.

Diagnostic : des pierres lui ont infecté les reins, dit-elle.

La Gaspésienne dit être encore troublée par sa mésaventure au Nouveau-Brunswick.

Tu n'es pas supposée arriver dans un hôpital pis qu'on te dise : "On est fermé, allez-vous-en ailleurs". Ça n'a pas de bons sens. On s'est sentis trahis, délaissés ou abandonnés.

Roselyne Lebrun, résidente de Saint-François-d'Assise
La municipalité vue de haut.

Les résidents de Saint-Francois-d'Assise doivent parcourir environ 50 kilomètres pour se rendre à l'Hôpital de Campbellton (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Rehausser les services du CLSC de Matapédia

Le député Sylvain Roy croit que, pour éviter de telles situations, la solution se trouve au CLSC de Matapédia.

Rehausser les services à cet endroit assurerait un meilleur service de santé dans ce secteur de la MRC d’Avignon qui est complètement délaissé, selon lui.

On parle d’une découverture au niveau ambulancier de plusieurs heures, cinq, six, sept heures même, déplore de son côté la mairesse de Matapédia, Nicole Lagacé, qui appuie la requête du député.

C’est un secteur où la population est vieillissante. Le fait que les urgences de Campbellton ne soient pas régulièrement ouvertes, pour nous, ça crée de l’insécurité, ajoute-t-elle.

Elle souligne que le CLSC a déjà eu certains services de santé, mais ils ont été centralisés au fil des ans.

On a déjà eu un service au niveau de la radiologie, et un moment donné, on a décidé que ce service-là fermait. Il y a déjà eu aussi un laboratoire. Là, on sait que c’est centralisé.

Nicole Lagacé, mairesse de Matapédia
Ambulances.

Souvent, la fermeture de l’urgence de Cambellton oblige les ambulanciers de Pointe-à-la-Croix d'être redirigés vers l’hôpital de Maria. La situation laisse la région sans service ambulancier durant plusieurs heures.

Photo : Radio-Canada

Le conseil des maires

Le préfet de la MRC d'Avignon, Mathieu Lapointe, constate lui aussi le problème. On n’en a pas nécessairement pour notre argent, s'insurge-t-il.

Il promet d'étudier la proposition du député Roy à la table du conseil des maires.

Est-ce qu’on en aurait plus pour notre argent? Est-ce qu’on aurait un meilleur service qui serait offert à notre population? C’est la question qu’on doit se poser. C’est la question qui va être amenée au conseil des maires.

Mathieu Lapointe, préfet de la MRC d'Avignon

Interpellé à ce sujet, le CISSS de la Gaspésie nous a répondu par écrit : Pour l’instant, nous [ne] donnerons pas d’entrevue à ce sujet. Nous avons pris connaissance de la suggestion. Nous regarderons au cours des prochaines semaines des solutions durables pour éviter des situations comme [celles que] nous avons vécu[es] et qui mettre (sic) de la pression sur nos équipes et qui augmente (sic) les délais d’attente pour les usagers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Santé publique