•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On ne doit pas retourner à la “normale” » dans le système de santé

Extérieur d’Horizon Santé-Nord dans le Grand Sudbury.

Horizon Santé-Nord était presque plein le 30 juin, alors que l'établissement encore n'a pas rétabli tous ses services.

Photo : Radio-Canada / Claude Gagnon

Des gestionnaires du milieu de la santé et des politiciens affirment que des changements doivent être apportés au système de santé pour éviter la surpopulation et d’autres problèmes qui ont été exacerbés par la pandémie.

Le Dr Stewart Kennedy, du Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay (CRSSTB), affirme que l’hôpital ne peut pas revenir au niveau d’achalandage observé avant la pandémie de COVID-19, car cela représente un risque important pour la santé.

Enseigne du centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay.

Un achalandage de 120 % a été observé au Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay avant la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Caroline Bourdua

Le Dr Stewart Kennedy est le médecin responsable de l’équipe de réponse à la pandémie de COVID-19 au CRSSTB.

Selon lui, le virus a mis en évidence le fait que l’hôpital ne peut plus fonctionner à 120 %, comme c’était le cas depuis plusieurs années, avant la pandémie.

La menace a toujours été là parce que nous avons déjà eu affaire à des protocoles de maladies infectieuses. Mais elle s’est tellement accrue en raison de la contagiosité de cette maladie et de la façon dont elle peut submerger nos ressources de soins de santé, c’est ce à quoi nous devons faire attention.

La députée du NPD de Nickel Belt et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, France Gélinas, abonde dans le même sens. Ça fait des années qu’on tire la sonnette d’alarme.

France Gélinas parle en entrevue.

France Gélinas est porte-parole du NPD en matière de santé et députée de Nickel Belt. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Les gros hôpitaux du Nord sont pleins à plus de 100 % la majorité du temps. À n’importe quel endroit où l'on peut mettre un lit, on en met un.

Elle note qu’en ce moment l’hôpital de Thunder Bay est à 90 % plein, même si les opérations non urgentes, repoussées en raison de la COVID-19, n’ont pas repris au même rythme qu’avant la pandémie.

Vendredi, l'hôpital comptait 100 patients qui attendent d'être orientés vers un autre établissement de soins, écrit le PDG du Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay, Jean Bartkoviak.

N'eût été ces 100 patients, mon taux d'occupation aurait frisé les 70%, ce qui m'aurait permis de reprendre davantage de mes activités cliniques dites non essentielles

Selon Mme Gélinas et M. Bartkoviak, les hôpitaux devraient viser un taux d’occupation de 85 %, pour avoir une marge de manœuvre en temps normal. Avant même la COVID-19, ce n’était pas sécuritaire.

M. Bartkoviak compare les hôpitaux à une assurance.

Vous et moi avons des assurances automobile, maison, etc. Nous en payons le prix année après année. Or, nous préférons ne pas y avoir recours. Une partie non négligeable des opérations d'un hôpital devrait toujours être vacante afin de faire face aux crises qui surviennent fréquemment.

Jean Bartkoviak, PDG du Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay

On doit revoir notre mission, affirme le Dr Kennedy. On doit donner plus rapidement leur congé aux patients, en mettant sur pied des cliniques de santé externes.

Nous devons changer la façon dont nous fonctionnons , martèle le Dr Kennedy. Il souligne que d’autres épidémies sont à prévoir.

L’hôpital à une clientèle fragile. Il faut contrôler les allées et venues et changer la configuration des corridors.

Le Dr Kennedy admet que les changements prendront des années et entraîneront des coûts importants.

À Sudbury, le PDG d’Horizon Santé-Nord (HSN), Dominic Giroux, souligne que l’hôpital était presque plein le 30 juin.

Dominic Giroux en entrevue à Radio-Canada.

Le PDG d'Horizon Santé-Nord Dominic Giroux. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Ce n’est pas un problème nouveau. La situation va certainement continuer à s’aggraver, mais nous avons des solutions à court, moyen et long terme.

HSN veut notamment augmenter le nombre de lits temporaires « non conventionnels » à l’hôtel Clarion jusqu’au 31 mars, selon la proposition faite au gouvernement.

Cela permettrait à l’hôpital d’accélérer la reprise des opérations non urgentes.

M. Giroux affirme aussi que le gouvernement doit rapidement approuver des projets d’agrandissement pour augmenter la capacité d'accueil de l’hôpital à moyen et long terme.

Un meilleur système de soins à domicile

Selon France Gélinas, la première solution pour limiter le nombre de patients dans les hôpitaux est d’améliorer les soins à domicile.

Si on était capables d’offrir les soins à domicile dont les gens ont besoin, des soins de qualité, beaucoup de personnes n’auraient pas besoin d’être hospitalisées.

Avec le système déficient que l’on a en ce moment, les troubles commencent et les médecins ne veulent pas retourner les patients à la maison , ajoute Mme Gélinas.

Dominic Giroux croit aussi que les investissements dans les soins à domicile sont essentiels.

Un meilleur accès aux soins primaires est aussi essentiel, affirme la députée. De nombreux Ontariens dans le Nord n’ont pas de médecin de famille ou d’infirmière praticienne.

Et même s’ils ont un [médecin de famille], ça peut prendre deux, trois, quatre semaines avant d’avoir un rendez-vous.

L’opposition officielle à Queen’s Park a par ailleurs tenu jeudi un sommet virtuel sur la transformation des soins de longue durée et des soins à domicile.

La chef de l'opposition Andrea Horwath en point de presse.

La chef de l’opposition Andrea Horwath demande plus d'argent pour les soins à domicile. (Photo d'archives)

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

De nombreuses familles pleurent aujourd’hui la perte d’un être cher mort dans un établissement de soins de longue durée , a déclaré la chef néo-démocrate, Andrea Horwath dans un communiqué.

Nous ne pouvons pas revenir à la normale en matière de soins de longue durée. Le système prive trop de gens de leur qualité de vie et les rend vulnérables aux tragédies.

Bien que nous soyons incroyablement reconnaissants envers les travailleurs de la santé qui se sont battus pour sauver des vies dans un système ravagé par COVID-19, nous ne regarderons jamais en arrière et ne croirons jamais que l’Ontario a gagné cette bataille , ajoute-t-elle.

Mme Horwath a fait remarquer que certains changements majeurs n’ont pas à attendre.

Nous savons que les maisons de soins de longue durée manquent cruellement de personnel et que les travailleurs de première ligne, comme les préposés aux soins, sont sous-payés , a déclaré Mme Horwath.

Nous exhortons ce gouvernement à prendre des mesures urgentes dès maintenant pour augmenter le personnel, pour que les préposés aux services de soutien à la personne occupent des emplois à plein temps avec des avantages sociaux, pour investir dans la nutrition et pour effectuer des inspections plus complètes.

Le gouvernement Ford pourrait commencer tout cela demain, en rendant la vie des personnes âgées meilleure et plus sûre dès maintenant, conclut la chef de l’opposition.

Réponse du gouvernement

Dans un courriel envoyé jeudi en fin de soirée à Radio-Canada, le ministère de la Santé indique que la province a un plan reposant sur quatre piliers pour mettre fin à la médecine de couloir.

  1. La promotion et la prévention pour garder les gens le plus possible en santé
  2. Assurer que les patients reçoivent les soins dans le meilleur endroit, ce qui n'est pas toujours un hôpital. Cela inclut les soins à domicile et les centres de santé communautaire.
  3. Mieux coordonner les prestataires de soins afin que les patients passent moins de temps à attendre dans les hôpitaux lorsqu'ils sont prêts à sortir
  4. Ajout de nouveaux lits dans les hôpitaux

Dans le cadre de notre réponse à COVID-19, nous avons également investi 341 millions de dollars pour fournir 1 000 lits supplémentaires de soins aigus et 500 lits de soins intensifs, peut-on lire dans le courriel du ministère de la Santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Établissement de santé