•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Libération d’un Canadien détenu depuis près de 500 jours en Égypte

Le portrait d'un couple.

Yasser Ahmed Albaz et sa femme, Safaa Elashmawy

Photo : Photo offerte par la famille

Radio-Canada

L’ingénieur Yasser Ahmed Albaz avait été arrêté sans motif officiel en février 2019 par la police égyptienne lors d’un voyage d’affaires. L’intervention de Justin Trudeau aurait contribué à sa libération.

Yasser Ahmed Albaz est arrivé jeudi à Toronto au grand soulagement de ses proches, notamment de sa fille Amal Ahmed Albaz qui a travaillé activement à sa libération ces derniers mois.

Dans un message publié sur Facebook, Mme Albaz explique qu’après presque 500 jours passés en détention dans une prison surpeuplée du Caire à dormir à même le sol, l’état de santé de son père âgé de 52 ans s’est détérioré. L’homme souffrirait notamment de plusieurs symptômes de la COVID-19.

L'épreuve que subit notre famille est enfin terminée, se réjouit Mme Albaz qui a remercié le gouvernement Trudeau pour son soutien et son aide dans cette épineuse affaire.

Le premier ministre Justin Trudeau, qui est intervenu personnellement par téléphone auprès du président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi mercredi dernier, aurait joué un rôle important dans la libération de M. Albaz, selon sa famille.

Le premier ministre canadien avait également interpellé le leader égyptien à ce sujet en février dernier lors du sommet de l'Union africaine.

Nous sommes à jamais reconnaissants pour chaque personne qui a soutenu notre famille, a souligné la famille de M. Albaz qui a organisé des manifestations et des campagnes de lettres au bureau du premier ministre Trudeau pour réclamer sa libération.

Une main montre à la caméra un macaron avec un dessin du portrait de M. Albaz.

Un macaron à l'effigie de Yasser Ahmed Albaz, distribué lors d'une campagne organisée par sa famille à Oakville.

Photo : Radio-Canada

Près de 500 jours de prison sans jamais être inculpé

D’après le récit qu’avaient fait ses proches à Radio-Canada en février dernier, Yasser Ahmed Albaz avait été arrêté en février 2019 et son passeport a été confisqué par les autorités alors qu'il s'apprêtait à prendre un avion pour rentrer au Canada.

M. Albaz avait ensuite été incarcéré au Caire, à la prison de Tora, où les conditions de détention sont dénoncées par plusieurs associations de défense des droits de la personne.

Selon sa fille, M. Albaz n'a jamais été inculpé de quoi que ce soit et les autorités égyptiennes n'ont jamais expliqué publiquement les raisons de son arrestation.

Selon ses proches, Yasser Ahmed Albaz, un émigré égyptien qui vit au Canada depuis plus de 20 ans avec sa femme et ses trois enfants, n’est pas un militant politique et n’a jamais critiqué le gouvernement égyptien.

Dans un rapport publié en novembre 2019, Amnistie internationale accuse le service spécial des enquêtes sur les menaces pour la sécurité nationale, appelé également SSSP en Égypte, d’être à l’origine de plusieurs disparitions, privations arbitraires de liberté et de torture.

Depuis l’accession d’Abdel Fattah Al-Sissi à la présidence, en 2013, le nombre de poursuites engagées par le bureau a quasiment triplé, passant de 529 en 2013 à 1739 en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice

International