•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Visiter Saint-Joseph, pour le plaisir des yeux… et de l’estomac!

Kenza Zaoui parcourt les routes de la province en touriste assumée depuis son arrivée au Manitoba. Laissez-vous entraîner dans ses aventures avec ces chroniques à lire chaque semaine tout au long de l’été 2020.

Montage de photos pour illustrer la chronique.

Kenza Zaoui parcourt les routes de la province. Lisez sa chronique touristique chaque semaine tout au long de l’été 2020.

Photo : Radio-Canada

Kenza Zaoui

Je suis ravie de commencer cette série de chroniques sur le tourisme au Manitoba par Saint-Joseph, car c’est le premier endroit où j’ai découvert la vitalité de la francophonie manitobaine, deux mois après mon arrivée à Winnipeg. Depuis, j’y suis retournée pas moins de six fois. Cette petite bourgade a un rôle spécial dans ma vie, et c’est incontestablement à mes yeux (et à mon estomac) la capitale culinaire du Manitoba!

Pourquoi aller à Saint-Joseph?

L’intérêt de Saint-Joseph, outre sa statue de haricot à l’entrée du village et ses soupers, c’est son musée, qui comporte une grande collection d’artefacts dont des tracteurs et des appareils photo anciens.

Le mur de l'école, où on peut voir d'anciens drapeaux, une ancienne carte du "Dominion du Canada" un tableau noir, et d'autres articles relatifs à la vie scolaire dans les débuts du 20e siècle.

L'ancienne École Union Point a été transportée au Musée du patrimoine de Saint-Joseph, où on peut la visiter.

Photo : Kenza Zaoui

De nombreux bâtiments historiques de la région y ont aussi été déplacés :

  • l’École Union Point, dont la construction remonte aux années 1890,
  • un magasin général des années 1940,
  • l’église ukrainienne de Plankey Point, qui date quant à elle de 1938,
  • la forge avec des démonstrations en temps réel,
  • et des maisons de particuliers qui représentent parfaitement la vie des agriculteurs franco-manitobains au tournant du XXe siècle.

Les repas de Saint-Joseph

Si vous en avez la possibilité, il y a deux fins de semaine par an à privilégier pour aller à Saint-Joseph : la fin de semaine de la mi-juin, où a lieu le Festival du patrimoine de Montcalm, et celle juste après l’Action de grâce, en octobre, pour le souper d’automne.

Le Festival n'a malheureusement pas eu lieu en juin 2020, mais les organisateurs pensent à offrir un souper durant la dernière fin de semaine de juillet (... auquel je ne manquerai pas d'assister s'il a lieu).

Toute la nourriture est faite maison, des salades aux tartes, et les bénévoles comme les organisateurs sont très fiers du succès des repas de leur communauté. J’y suis donc allée six fois et je confirme, c’est délicieux chaque fois.

Autour de Saint-Joseph

Saint-Joseph est à 1 h 20 de route au sud de Winnipeg en passant par l’autoroute 75. N’oubliez pas de vous arrêter à l’église d’Union Point en chemin!

Quelques plaques d'immatriculation datant des années 30.

D'anciennes plaques d'immatriculation du Manitoba qu'on peut voir au Musée du patrimoine de Saint-Joseph, un village d'époque reconstitué qui évoque la vie des francophones au début du 19e siècle.

Photo : Kenza Zaoui

Un peu plus loin que Saint-Joseph, sur la 201, la charmante petite ville d’Altona a le plus grand Van Gogh du monde. La statue reproduisant l’œuvre des Tournesols fait en effet plus de 23 mètres de haut! Pourquoi des tournesols? Parce qu’Altona est la capitale canadienne du tournesol.

Il n’y a pas de fleurs jaunes dans le Centennial Park, mais c’est un beau parc urbain où se dégourdir les jambes. Et si vous ne voulez pas rentrer les mains vides à la maison, il y a une ferme de cueillette de fruits rouges, Berry Hill Farm, sur la route entre Saint-Joseph et Altona.

Infos pratiques

  • Le Musée de Saint-Joseph : ouvert du lundi au samedi, de 9 h à 16 h 30, et sur demande le dimanche, 5 $ (gratuit pendant le Festival du patrimoine Montcalm)
  • Le souper d’automne : 15 $
  • Berry Hill Farm : horaires 2020 à confirmer

Kenza a découvert le Manitoba par hasard, pendant une affectation professionnelle à l’Université de Brandon en 2013. Après plusieurs séjours partout dans le monde, elle s’est installée définitivement à Winnipeg en 2017 et explore sa province d’adoption autant que possible. Elle raconte ses aventures sur son blogue (Nouvelle fenêtre) et son compte Instagram (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Tourisme