•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade de Fredericton : l’accusé pourrait subir son procès à l’automne

Matthew Raymond habillé en orange, les menottes aux poignets, près d'un fourgon cellulaire, est encadré par deux policiers.

Le procès de Matthew Raymond commencera le 28 septembre s'il est jugé apte à comprendre cette procédure. Le voici ci-dessus lors d'une comparution en cour le 8 février 2019.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Un juge a établi une date pour le procès au criminel de l’homme accusé d’avoir abattu deux policiers et deux civils à Fredericton en 2018.

Matthew Vincent Raymond, 50 ans, doit tout d‘abord être jugé apte à subir un procès. Cette procédure devant un jury aura lieu le 17 août.

S'il est jugé apte, son procès pour quatre accusations de meurtre prémédité doit commencer le 28 septembre.

Le juge Fred Ferguson, de la Cour du Banc de la Reine, avait précédemment indiqué que le même jury pourrait siéger lors des deux procédures, mais il a dit cette semaine qu’un nouveau jury pourrait être formé pour entendre le procès.

La période de cinq semaines entre les deux procédures est assez longue pour former un nouveau jury si l’accusé choisit cette option, a expliqué le juge.

Matthew Vincent Raymond est derrière les barreaux depuis la fin de la fusillade survenue le 10 août 2018. Les policiers de Fredericton Sara Burns et Rob Costello et les citoyens Bobbie Lee Wright et Donnie Robichaud sont morts par balle durant les faits.

La procédure visant à déterminer si un accusé est apte à subir un procès ne porte pas sur la responsabilité criminelle. Elle porte plutôt sur l’état de santé mentale de la personne et sur sa capacité de comprendre le système judiciaire.

Le 17 août, le jury devra déterminer si l’état de santé mentale de l’accusé a suffisamment progressé au cours de ses traitements pour qu’il subisse un procès au criminel.

Matthew Vincent Raymond a déjà comparu en cour à plus de 30 occasions depuis son arrestation, y compris pour une procédure similaire en 2019 à l’issue de laquelle il avait été reconnu inapte à subir un procès.

Ses autres comparutions en cour portaient sur d’autres questions, comme l’admissibilité de preuves, des conflits d’horaire et, plus récemment, sur l’adaptation aux mesures de prévention de la COVID-19 dans les tribunaux pour assurer que cette cause se poursuive.

Avec les renseignements de Hadeel Ibrahim, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites