•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'homme armé arrêté à Rideau Hall est membre des Forces canadiennes

L'agent est devant une grille qui semble avoir été percutée par un petit véhicule.

Un policier monte la garde à l'une des entrées de Rideau Hall.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a arrêté, « en toute sécurité », un homme armé à Rideau Hall, peu avant 8 h 30 jeudi matin. L'opération policière à proximité de la résidence officielle de la gouverneure générale et de la résidence principale du premier ministre à Ottawa aura duré environ deux heures.

CBC a identifié l'homme arrêté comme étant Corey Hurren. Une femme qui a répondu au téléphone à sa résidence au Manitoba a confirmé que c'est bien lui qui a été interpellé par les policiers, mais elle n'a pas voulu parler davantage.

M. Hurren exploite une entreprise appelée GrindHouse Fine Foods, dans le domaine de la viande. Il est décrit comme un vétéran du Régiment royal de l'Artillerie canadienne qui avait récemment rallié les rangs des Rangers canadiens.

Dans un communiqué de presse diffusé en fin d'après-midi, la GRC a rapporté que l’homme avait percuté au volant de son véhicule l’entrée principale pour piétons du 1, promenade Sussex, à 6 h 30. La camionnette noire a été mise hors service à la suite de l’impact.

L’individu armé, qui était seul, a ensuite marché jusqu’à la serre dont l'accès au public est limité, où il a été rapidement maîtrisé par des membres de la GRC qui patrouillaient dans le secteur, a-t-on souligné.

Un agent a alors commencé à parler avec le suspect, tandis que le Groupe tactique d'intervention de la Division nationale de la GRC était dépêché sur les lieux, où il est arrivé vers 7 h. L’homme a été arrêté sans incident peu avant 8 h 30, puis placé en détention policière pour être interrogé.

Par précaution, l'Équipe nationale d'intervention en cas d'incident chimique, biologique, radiologique, nucléaire ou explosif (CBRNE) a fouillé et sécurisé le véhicule du suspect — qui semble avoir été immatriculé au Manitoba, selon nos observations sur le terrain.

La GRC fera le point sur cet événement vendredi matin.

Sueurs froides à Rideau Hall

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Un membre des Rangers canadiens

De son côté, le bureau du ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a confirmé que l’individu est un membre des Forces armées canadiennes (FAC).

Les Forces armées canadiennes collaborent étroitement avec la GRC, ont déclaré par la suite les FAC. Puisque la GRC est l’organisme d’enquête principal pour cette affaire, il serait inapproprié que nous formulions d’autres commentaires pour le moment.

Une autre source a rapporté à CBC que l’individu avait conduit du Manitoba jusqu’à Ottawa, qu’il avait une arme d’épaule avec lui, ainsi qu’une note. Cette source — qui s’est confiée à la condition de ne pas être identifiée parce qu’elle n’est pas autorisée à parler de ce dossier — ignorait le contenu de cette note et de quel type d’arme il s’agissait.

Le bureau du premier ministre a par ailleurs indiqué que Justin Trudeau et sa famille n'étaient pas à Rideau Cottage au moment des événements.

La porte-parole de la gouverneure générale, qui était elle aussi absente au moment des faits, a confirmé que tous les employés à Rideau Hall étaient en sécurité.

La promenade Sussex a été fermée à la circulation pendant un peu plus d'une heure, entre l'avenue King Edward et la promenade Sir-Georges-Étienne-Cartier.

Deux policiers en moto.

Les policiers ont bloqué temporairement la circulation sur la promenade Sussex.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

Des policiers formés et prêts à réagir

De son côté, l’ancien sous-commissaire adjoint à la GRC, Pierre-Yves Bourduas, a souligné en entrevue sur les ondes d'ICI RDI que Rideau Hall est un vaste terrain situé dans un secteur résidentiel, où les déplacements sont nombreux. Les policiers sont déjà là, en place, formés. Il y a également des détecteurs de mouvement autour de Rideau Hall, a-t-il précisé.

Si un rapport indique, par exemple, la présence d’un homme armé, le protocole dicte que les policiers doivent déployer tout l’arsenal qu’ils ont à leur disposition, a ajouté M. Bourduas, afin de s’assurer que les personnes de marque qui sont sur les lieux sont quand même bien protégées.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Forces de l'ordre

Justice et faits divers