•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des heures de service réduites pour deux tribunaux de la Péninsule acadienne

Photo de l'extérieur de l'édifice et les mots Palais de justice en haut de la porte.

Le palais de justice de Caraquet au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada / Philippe Duclos

Radio-Canada

Deux cours provinciales de la Péninsule acadienne seront ouvertes moins souvent à compter du mois d’août, annonce le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

Selon la déclaration attribuée dans un communiqué mardi à la ministre de la Justice et procureure générale, Andrea Anderson-Mason, la demande pour des services judiciaires a diminué de façon significative dans la Péninsule acadienne.

D’après les résultats de la collecte de données du ministère de la Justice et du bureau du procureur général du Nouveau-Brunswick, le nombre d’accusations déposées à la Cour provinciale a diminué de 48 % à Tracadie et de 35 % à Caraquet depuis 2012.

Les palais de justice de Caraquet et Tracadie auront de nouvelles heures d’ouverture, moins longues, dès le début août. Ces heures varieront de semaine en semaine, indique le gouvernement, selon le nombre d’audiences qu’il faudra y tenir.

Des rumeurs qui persistaient depuis plusieurs mois laissaient entendre que le gouvernement pourrait fermer les tribunaux provinciaux de Tracadie et Caraquet.

La province promet de rediriger les ressources vers les parents

La ministre et procureure Anderson-Mason affirme que ces changements n’auront aucune répercussion sur la qualité et l’accessibilité des services tribunaux offerts aux résidents de la Péninsule acadienne .

La porte principale du palais de justice de Tracadie.

Le palais de justice de Tracadie, au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada / René Landry

Le gouvernement soutient que cette réduction des services à Caraquet et Tracadie lui permettra de réinvestir les ressources dans un service de nouveau calcul des pensions alimentaires pour enfants .

Cela éviterait aux parents qui sont séparés de devoir soumettre une demande au tribunal lorsqu’ils veulent ajuster le montant d’une pension alimentaire. La province estime que la nouvelle façon de faire sera moins coûteuse pour les parents et réduira le fardeau sur le système judiciaire .

Le gouvernement provincial promet de lancer ce service partout au Nouveau-Brunswick au courant de la présente année financière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Justice