•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quarantaine forcée et travail suspendu dans une ferme à cause du coronavirus

Un travailleur et son tracteur devant un champ d'asperges.

La région compte 176 exploitations agricoles qui emploient plus de 8000 travailleurs canadiens et étrangers.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Les employés d'une entreprise agricole de la région de Windsor-Essex, où 191 cas de COVID-19 ont été recensés au cours du week-end, doivent cesser de travailler et se placer en quarantaine.

Le médecin hygiéniste local, le Dr Wajid Ahmed, en a donné l'ordre mercredi. Le propriétaire exploitant de la ferme doit s'assurer que les travailleurs s'isolent et leur interdire de travailler jusqu'à nouvel ordre. Le nom de l'entreprise n'a pas été dévoilé par la santé publique.

Tous les travailleurs touchés doivent être en quarantaine et leur état de santé et leur bien-être doivent être évalués avant qu'on puisse discuter d'un éventuel retour au travail.

Dr Wajid Ahmed, dans une déclaration écrite

Le médecin insiste sur l'importance de freiner la transmission de la COVID-19 dans cette exploitation et dans le secteur agricole en général.

Selon le Dr Ahmed, ces 191 cas représentent environ le quart de tous ceux qui ont été recensés dans la région parmi les travailleurs agricoles depuis le mois de mars.

Les régions de Kingsville et de Leamington, dans le Sud-Ouest de l'Ontario, sont les seules de la province qui ne sont toujours pas passées à la deuxième phase du déconfinement, à cause des éclosions dans les entreprises agricoles.

Celles-ci emploient de nombreux travailleurs étrangers, qui non seulement travaillent à proximité les uns des autres, mais partagent aussi des logements parfois surpeuplés.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Santé publique