•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enfin un logement abordable pour 45 ménages de Gatineau

Deux ballons de couleurs sont accrochés aux escaliers menant aux logements.

Le projet Liverpool comprend 15 logements d'une chambre, 11 logements de 2 chambres et 14 logements de 3 chambres. Sur les 45 logements, 23 sont abordables et 22 sont subventionnés.

Photo : Radio-Canada / Roxane Léouzon

Emmanuelle de Mer

En ce 1er juillet, de nombreux Gatinois ont reçu les clés de leur tout nouveau logement abordable ou subventionné dans le quartier du Plateau du secteur d’Aylmer. Au total, ce sont 45 foyers qui ont trouvé un toit qu’ils seront capables de se payer dans le projet Liverpool.

Daniel Robinson fait partie de ceux qui ont obtenu un des 23 logements abordables, non subventionnés, du complexe de 7 bâtiments. Les appartements sont attribués selon le principe du premier arrivé, premier servi. Tous les résidents peuvent en faire la demande, s’ils prouvent que leur revenu permet de payer le loyer.

Pour M. Robinson, les clés de son appartement représentent un nouveau départ. Retourné vivre chez ses parents pendant quelques années, en raison de son état de santé, il retrouve maintenant un logement. C’est vraiment une journée de réjouissance, parce que ça marque la fin d’une étape et le début d’une nouvelle, lance-t-il.

J’ai subi une perte de revenus très importante. Ça m’aide beaucoup de pouvoir retrouver une indépendance, un genre de normalité, sans toutefois avoir à me mettre un peu la corde au cou.

Daniel Robinson, locataire du projet Liverpool

De leur côté, les locataires à faibles revenus des 22 logements subventionnés de la rue de Liverpool versent 25 % de leur revenu brut. Ils ont dû patienter pendant des mois sur la liste d’attente de l’Office d’habitation (OH) de l’Outaouais avant de trouver leur chez-soi.

Un autre projet de logements abordables dans le secteur d’Aylmer suit son cours. Le complexe Des Rapides, situé sur la rue Deschênes, comprendra 30 logements dans 6 édifices destinés notamment aux familles. L’Office d'habitation de l'Outaouais confirme que les travaux doivent être terminés cet automne, mais la pandémie ne permet pas d’établir un calendrier plus précis pour l’instant.

Environ 1000 familles en attente

Par ailleurs, l’OH de l’Outaouais reconnaît que le nouveau complexe Liverpool est loin de répondre aux besoins. Près de 1000 ménages attendent encore un logement subventionné.

Il y a une réelle pénurie de logements abordables en Outaouais. Les loyers ont monté en flèche ces dernières années.

Karina Osiecka, porte-parole de l’Office d'habitation de l'Outaouais et d'Habitation de l'Outaouais métropolitain

Le financement de tels projets est difficile, explique la porte-parole Karina Osiecka. Le prix des terrains est élevé et les coûts de construction ont grimpé dans les dernières années.

On souhaiterait bâtir le plus de projets de logements abordables possible, souligne-t-elle. Avoir plus de subventions, mais aussi plus d’unités de logement dans le programme [du Québec ] AccèsLogis chaque année pour pouvoir en construire d’autres.

L’organisme Logemen’Occupe martèle ce même message. Il faudrait vraiment que la Ville [de Gatineau] se donne les moyens pour accélérer et augmenter la livraison de logements abordables, rappelle le coordonnateur François Roy.

Pour rattraper la pénurie causée par les récents sinistres, dont les tornades dans le quartier Mont-Bleu en septembre 2018, Logemen’Occupe demande à la Municipalité de planifier la construction d’au moins 300 unités abordables par année pour les 5 prochaines années.

M. Roy propose aussi que la Ville finance davantage les projets AccèsLogis (20 % au lieu des 15 % actuellement), qu’elle se dote d’une banque de terrains destinés au logement social et qu’elle adopte une politique d’inclusion, comme à Ottawa ou à Montréal. Celle-ci exige des entrepreneurs d’inclure un certain pourcentage de logements abordables dans leurs projets résidentiels.

La relance économique après la COVID-19 est également une occasion à saisir pour accélérer la construction de logements abordables, selon M. Roy. Mais il dénonce le fait que le gouvernement Legault ne priorise pas cet enjeu. La réalisation de logements sociaux, c’est un facteur important de développement économique et de création d’emplois, soutient M. Roy.

Gatineau entreprend des démarches

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada le 11 juin dernier, la présidente de la Commission de l'aménagement du territoire, de l'habitation et de l'environnement, Maude Marquis-Bissonnette, expliquait que la Ville de Gatineau a demandé d’augmenter les coûts de construction admissibles au programme AccèsLogis. La Municipalité demeure en attente d'une entente [entre] le gouvernement fédéral [et le Québec] dans ce dossier.

La Ville de Gatineau étudie également de près une politique d’inclusion. Ça fait partie des moyens dans notre boîte à outils et on entend bien l'exploiter, soutenait Mme Marquis-Bissonnette. Cette stratégie devrait nous permettre, lorsqu'il y a de grands projets de développement de s'assurer d'un pourcentage – on parle de 10 % – de logements abordables , précisait l’élue.

Avec les informations de Roxane Léouzon, de Mama Afou et de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale