•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Payer 25 000 $ pour faire retirer sa bandelette urinaire aux États-Unis

Une bandelette du fabricant Gynecare, filiale de Johnson & Johnson

Une bandelette sous-urétrale et une partie de l’équipement nécessaire à son installation.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Tanya Neveu

Une jeune mère de Rouyn-Noranda tente d’amasser 25 000 $ pour faire retirer sa bandelette urinaire aux États-Unis. Depuis l’installation de cette bandelette d’incontinence en février dernier, Camille Beaupré a vu son état de santé se détériorer.

Elle demande l’aide de la population pour l’aider à amasser cette somme colossale.

Après deux accouchements, Camille Beaupré se retrouve avec des problèmes d’incontinence. Son médecin alors lui suggère l’installation d’une bandelette sous-urétrale.

On lui dit qu’il y a des risques associés à la chirurgie, mais que sa vie devrait changer pour le mieux.

La seule complication liée à la bandelette dont on m’avait parlé, c’est qu’elle soit trop serrée. On ne m’a jamais dit que je pourrais avoir des complications de rejet ou d’infection urinaire, déplore-t-elle.

Une partie de ma vie sur pause

Le 5 février 2020, jour de la chirurgie, sa vie bascule en quelques heures. Les premiers symptômes apparaissent rapidement.

J’ai mal au ventre, j’ai mal aux aines, j’ai une jambe qui fonctionne mal, des troubles neurologiques, des infections vaginales à répétition et des inflammations vaginales. Il y a une grosse partie de ma vie qui a été mise sur pause et ça me manque vraiment beaucoup, se désole la femme de 31 ans.

Photo en noir et blanc de Camille Beaupré qui tient un fils dans chaque bras.

Camille Beaupré et ses deux garçons.

Photo : Gracieuseté

Camille Beaupré doit quitter son emploi et peine à s’occuper de ses deux garçons. Après cinq consultations auprès de divers spécialistes, on lui dit qu’elle doit retirer sa bandelette puisque son corps la rejette.

À la suite des recommandations d’une enquête du Collège des médecins, on lui conseille de faire retirer sa bandelette aux États-Unis.

Ils se sont rendu compte que les femmes qui se sont fait opérer ici n’allaient pas bien du tout contrairement aux femmes qui s’étaient fait opérer aux États-Unis

Cette même enquête, dont les recommandations ont été publiées le 16 juin 2020, confirme qu’il existe un problème non négligeable d’effets secondaires liés aux bandelettes sous-urétrales et qu’un moratoire devrait être instauré.

Le Collège des médecins recommande aussi que les patientes soient remboursées par la Régie d’assurance maladie du Québec pour le retrait des bandelettes à l’extérieur du Québec.

Une population généreuse

La famille calcule que l’opération et les déplacements aux États-Unis lui coûteront 25 000 $. Une campagne de sociofinancement a été organisée puis, en 4 jours, la moitié du montant a été amassé.

Je suis sans mot devant la générosité des gens. C’est incroyable, se réjouit Camille Beaupré.

Si le gouvernement du Québec décide de rembourser l’opération, Camille Beaupré assure que toutes les personnes ayant fait un don seront remboursées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé physique et mentale