•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un transport scolaire presque normal à l’automne

Un autobus scolaire

Un autobus scolaire

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Alors que les deux plus grands centres de services scolaires de la région se préparaient à diminuer drastiquement le nombre d’élèves par autobus et à obliger des parents à reconduire eux-mêmes leurs enfants à l’école en vue de la prochaine rentrée, voilà que Québec fait volte-face et permet d’asseoir deux écoliers par bancs.

Ce changement arrive comme un soulagement pour les centres de services scolaires de Rouyn-Noranda et de Val-d’Or.

La veille de cette annonce gouvernementale, le directeur général du centre de service scolaire de Rouyn-Noranda (CSSRN), Yves Bédard, avait confirmé à Radio-Canada que tous les élèves n’auraient pas leur place dans les autobus scolaires de la capitale du cuivre cet automne. Cette décision vient cependant changer la donne

Ça vient enlever une pression énorme.

Yves Bédard, directeur général du CSSRN

On revient à des conditions un peu plus semblables à ce que nous avons toujours connu, commente-t-il.

Le spectre de la COVID-19 sera toujours bien présent, si bien que le port du masque sera fortement recommandé pour les élèves du primaire alors qu’il sera obligatoire pour les élèves du secondaire, mentionne Yves Bédard.

À Val-d’Or, le directeur général du centre de services scolaire, Alain Guillemette, est également heureux d’avoir la possibilité d’avoir deux élèves par banc.

Le transport scolaire était vraiment un enjeu majeur pour nous, admet-il.

Le nombre maximal d’élèves par autobus passe donc de 24 à 48. Il est cependant possible que certains élèves ne réussissent pas à avoir leur place.

Alain Guillemette se dit cependant confiant de parvenir à fournir un service à tous les parents d’élèves qui en feront la demande.

Malgré tout, Québec demande aux centres de services scolaires d’inciter fortement, les parents, dans la mesure du possible, à aller reconduire eux-mêmes leur enfant à l’école.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Coronavirus