•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les falaises de Fundy sur le point de devenir un géoparc de l’UNESCO

Les falaises de Fundy à Five Islands, en Nouvelle-Écosse.

Les falaises de Fundy à Five Islands, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Fundy Geological Museum

Radio-Canada

Le géoparc des falaises de Fundy deviendra bientôt le premier géoparc à obtenir le label de l'UNESCO en Nouvelle-Écosse.

Après des années de préparations et des retards de plusieurs mois en raison de la pandémie de COVID-19, les falaises de Fundy deviendront officiellement un site de l’UNESCO le 10 juillet.

Les responsables du site situé sur la rive nord du bassin des Mines espèrent que cette désignation signifiera une affluence de touristes et un coup de pouce supplémentaire à l’économie locale.

Le site Discovery à Bonavista, sur l’île de Terre-Neuve, doit aussi recevoir cette désignation, le même jour.

Les géoparcs de l’UNESCO, c’est quoi?

Cette reconnaissance est octroyée par l'UNESCO à des sites qui témoignent d'un héritage géologique exceptionnel à l'échelle internationale.

Le Réseau canadien compte pour l’instant trois géoparcs, dont Stonehammer au Nouveau-Brunswick, Percé au Québec et Tumbler Ridge en Colombie-Britannique.

À ce jour, on compte 147 géoparcs mondiaux, dans 41 pays.

Marées, Pangée et culture autochtone

Un ancien géologue pour la province de la Nouvelle-Écosse et membre du conseil d’administration des falaises de Fundy, John Calder, est fier de dire que « le président du réseau des géoparcs a affirmé que celui-ci pourrait être le géoparc numéro un de la planète ».

John Calder explique que leur projet voulait mettre en lumière les aspects géologiques et culturels qui font de ce lieu un endroit unique.

Photo d'un coucher de soleil dans le parc provincial de Five Islands en Nouvelle-Écosse.

Le parc provincial de Five Islands en Nouvelle-Écosse

Photo : Radio-Canada / Philippe Duclos

« Il n’y a aucun autre endroit sur la planète ou vous pouvez voir des preuves de la création d’un supercontinent il y a 300 millions d’années, appelé Pangée, ainsi que son morcellement 100 millions d’années plus tard, ce qui représente la naissance du monde moderne. »

« C’est pour cela que les évaluateurs étaient aussi impressionnés : ils se trouvaient sur les rives des plus grandes marées du monde, avec ces marques de la création de la Terre, ainsi que l’histoire incroyable des Autochtones et leur culture », ajoute John Calder.

Les évaluateurs ont remis leur rapport au comité des géoparcs l’automne dernier. Le comité de l’UNESCO devait se réunir en avril pour approuver officiellement le projet, mais la rencontre a été remise à plus tard en raison de la pandémie. Elle est maintenant prévue la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Protection des écosystèmes