•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tous les Canadiens peuvent entrer au Yukon, certains sous conditions

Deux voitures circulent sur une route devant un paysage de montagnes.

La route Klondike Sud vers l'Alaska est l'une des plus empruntées par les touristes l'été. À compter du 1er juillet, les Britanno-Colombiens, les Ténois et les Nunavois pourront entrer au Yukon sans quarantaine.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Le Yukon annonce l’ouverture de la frontière à tous les Canadiens à compter du 1er juillet. La quarantaine de 14 jours demeurera cependant obligatoire sauf pour les résidents de la Colombie-Britannique, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut.

Dans le cadre du point de presse hebdomadaire du gouvernement territorial, le premier ministre Sandy Silver a affirmé que cette nouvelle annonce devait se faire le 15 juillet, mais se justifie maintenant en raison de l’état de la pandémie au pays.

Du point de vue de la santé, les choses semblent bien aller. Les données d’épidémiologie au pays sont prometteuses et la situation est plus confortable que ce qui semblait transparaître il y a quelques semaines, a expliqué le premier ministre.

Sandy Silver souligne toutefois que le territoire demeure à l’affût de l’évolution de la pandémie et a répété ne pas vouloir encourager outre mesure la visite de Canadiens autres que ceux des provinces et territoires exemptés.

Sandy Silver parle dans un micro.

Le premier ministre du Yukon Sandy Silver affirme que l'état de la pandémie permet un plus grand assouplissement envers les visiteurs.

Photo : Gouvernement du Yukon/Alistair Maitland

Nous recommandons toujours d’éviter le voyage, mais s’ils doivent se rendre au territoire, [ils le peuvent], ils devront se soumettre à la quarantaine.

Sandy Silver, premier ministre du Yukon

Ceux qui doivent s’isoler devront par ailleurs avoir un plan de quarantaine planifié à leur arrivée. Les postes de contrôle à la frontière ou à l’aéroport continueront d’informer les visiteurs des règles selon leur provenance.

Les centres d’information touristique rouvriront leurs portes à travers le territoire à compter du 1er juillet ou au cours des jours suivants. La Ville de Whitehorse annonce de son côté la remise en place des places de stationnement réservées aux touristes et le retour des parcomètres payants pour les autres.

Série d'édifices décorés de motifs autochtones.

Les centres touristiques ouvriront pour la plupart le 1er juillet.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Prudence dans les collectivités

L’assouplissement s’étend aussi dans les collectivités rurales où jusqu’ici les Yukonnais devaient limiter leurs déplacements.

Le médecin hygiéniste en chef Brendan Hanley admet que de nombreux résidents demeurent craintifs face à l’arrivée de visiteurs.

Brendan Hanley parle dans un micro.

«Pour être honnête, je suis moi-même nerveux à propos des semaines à venir. Comme je l’ai dit auparavant, cette [ouverture] ne vient pas sans risque », admet le médecin hygiéniste en chef Brendan Hanley.

Photo : Gouvernement du Yukon/Alistair Maitland

Les visiteurs sont permis [dans les collectivités], mais toujours en respectant les besoins et ce que veulent les communautés. Il faut juste être prudent et limiter les voyages pour respecter ce que disent les communautés.

Brendan Hanley, médecin hygiéniste en chef du Yukon

Un guide a été préparé colligeant les demandes de chaque Première nation envers les visiteurs, certaines de façon conjointe avec les municipalités.

De façon générale, les collectivités demandent à ce que les visiteurs respectent à la lettre les règles sanitaires de base comme la distanciation physique ou le lavage des mains et qu'ils soient le plus autonomes possible.

Les autorités rurales demandent également que les voyageurs limitent leurs interactions avec les populations locales en évitant de se promener dans les secteurs résidentiels et en évitant de s'attarder à la sortie des commerces.

Affiche devant un paysage de montagnes.

Les autorités du village de Carcross au sud demandent aux visiteurs d'éviter de s'attarder dans le secteur résidentiel.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

À Carcross, les sentiers de randonnée de vélo du mont Montana sont fermés au public et seuls quelques commerces ont ouvert leurs portes. Les toilettes publiques seront rouvertes à compter du 1er juillet.

À Mayo, le musée, le parc et le restaurant sont fermés. Les hôtels doivent être contactés à l’avance. À Pelly Crossing, on demande à ce que les automobilistes limitent leurs arrêts à la station d’essence.

Dawson ouverte

À Dawson, où une campagne de publicité a été développée, les autorités se préparent à rouvrir à la hâte le casino historique Diamond Tooth Gerties et certains services touristiques.

Le maire Wayne Potoroka admet également que l’ouverture de la frontière n’est pas accueillie de la même façon par tous. « Les émotions sont mitigées », a-t-il dit.

Une parade à Dawson

En 2018, le défilé de la fête du Canada à Dawson avait attiré de nombreux touristes.

Photo : Radio-Canada

Tout le monde sait que cela n’ouvrira pas tout d’un coup la vanne de visiteurs de la Colombie-Britannique. Ceux qu’on verra seront bienvenus et ramèneront une impression de normalité. Il n’a jamais été question de demeurer fermés pour toute la durée de la pandémie.

Wayne Potoroka, maire de Dawson

Wayne Potoroka rappelle toutefois que la petite ville compte de nombreux résidents vulnérables à la COVID-19 et il en revient à tous, souligne-t-il, de limiter la propagation.

Augmentation des réservations aériennes

Les autorités affirment ne pas savoir combien de visiteurs profiteront de l’ouverture pour se rendre au Yukon.

Le président-directeur général du transporteur aérien Air North, Joe Sparling, affirme de son côté voir un certain intérêt des passagers, mais qu’il est encore trop tôt pour déterminer l’impact économique sur son entreprise.

Des agentes de bord portent un masque

Des agentes de bord portent un masque

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Les vols en provenance de Vancouver le mercredi 1er juillet par exemple affichent complets, a souligné le dirigeant, bien que les sièges du milieu ne soient toujours pas disponibles pour respecter les mesures de distanciation physique.

Le trafic en juin représentait 10 % de celui du mois de juin l’an dernier. J’anticipe que le mois de juillet verra un trafic qui sera à 20 % de celui de l’an dernier.

Joe Sparling, PDG d'Air North

Le PDG affirme toutefois qu’il ne fait aucun doute que l’ouverture de la frontière viendra soulager quelque peu une année exceptionnellement difficile. Air North a dû temporairement mettre à pied la moitié de son personnel en raison de la pandémie.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Coronavirus