•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police enquête à la suite d'une éclosion de COVID-19 à Kingston

Un plan rapproché des mains d'une femme aux ongles manucurés.

Les employés et clients de trois salons de manucure et d'un terrain de golf risquent maintenant d'avoir été infectés.

Photo : iStock / gilaxia

Radio-Canada

La police de Kingston cherche à savoir si un salon de manucure au centre d'une éclosion de COVID-19 a rouvert avant que ce soit permis.

Dans un communiqué publié mardi, la police précise qu'elle a reçu des informations préliminaires sur un ou plusieurs de ces établissements qui auraient offert leurs services avant le 12 juin.

C'est à cette date que le gouvernement ontarien a permis aux entreprises offrant des soins personnels, comme les salons de manucure, d'accueillir les clients.

Le sergent Steven Koopman, de la police de Kingston, a confirmé à CBC que l'un des salons visés par l'enquête était Binh's Nails and Spa.

Les 30 nouveaux cas confirmés de COVID-19 à Kingston sont liés à ce commerce, selon le médecin-hygiéniste de la région, le Dr Kieran Moore.

Le Dr Moore a toutefois déclaré qu'il n'y avait aucune preuve que cette transmission a eu lieu avant le 12 juin.

Un client et un employé d'un second salon de manucure, Kingdom Nails and Spa, ont aussi été déclarés positifs.

Selon la santé publique régionale, les clients de quatre commerces risquent d'avoir été exposés au coronavirus :

  • Binh's Nails and Spa
  • Kingdom Nails and Spa
  • George's Nail Salon
  • Amherstview Golf Club

Un employé de George's Nail Salon, de même qu'un golfeur et un travailleur d'Amherstview Golf Club ont également contracté le coronavirus. Ces trois cas sont liés à une personne qui a été infectée à Binh's Nails and Spa.

D'après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé publique