•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port du masque recommandé, mais pas obligatoire en C.-B.

Des gens portent un masque et attendent dans une clinique de Vancouver.

Les gens sont fortement encouragés à porter un masque s'il est difficile de se tenir à plus de 2 mètres des personnes autour de soi.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Bien que le Québec et l'Ontario rendent le port du masque obligatoire dans certains lieux publics, comme les transports en commun, les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique assurent que, pour le moment, la province ne rendra pas le port du masque obligatoire, même si elle l’encourage fortement.

Nous devrions toujours avoir un masque sur nous pour pouvoir le porter en cas de besoin, explique la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry.

Elle encourage la population à porter un masque autant dans les transports en commun que dans les petits commerces ou les petites épiceries, partout où il est difficile de garder une distance minimale de 2 mètres.

[L’obligation de porter un masque] dépend beaucoup de la transmission du virus dans la communauté. Je ne pense pas que nous en sommes au point où nous devons le rendre obligatoire ni que nous l’ayons déjà été, affirme la Dre Henry.

Pour l'instant, le port du masque n'est obligatoire que dans les avions et les aéroports, lors des contrôles et de l"embarquement dans l’avion, ou sur les traversiers, mais la situation pourrait changer si la province enregistre une augmentation du nombre de cas de COVID-19.

Si nous commençons à voir plus de transmission dans la communauté et une augmentation des cas, il se peut que nous soyons plus directifs.

Dre Bonnie Henry

Au Québec, le port du masque sera rendu obligatoire dans les transports en commun à compter du 13 juillet alors qu’à Kingston et Windsor, en Ontario, il est exigé à l’intérieur de certains commerces.

Selon une étude britannique effectuée par les universités de Cambridge et de Greenwich, le port du masque généralisé à la population réduirait considérablement les taux de transmission.

Pour le moment, la ligne directrice de la Colombie-Britannique reste la même : encourager le port du masque, sans toutefois le rendre obligatoire.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !