•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Des partenaires de soins » : comment mieux reconnaître le travail des aidants naturels ?

Une personne et une aînée se tiennent par les mains.

Les aidants naturels accompagnent émotivement et physiquement des personnes de leur entourage ayant des incapacités temporaires ou permanentes.

Photo : iStock

Les aidants naturels seraient-ils mieux reconnus au sein des établissements de santé s’ils portaient un insigne d’identification et s’ils signaient une charte définissant clairement leurs droits et responsabilités?

C’est le pari que fait l’organisme de soutien aux aidants naturels de l’Ontario et la fondation Change. Ils lancent l’initiative Partners in care une boîte à outils offrant des ressources pour les établissements de santé souhaitant revoir le rôle des aidants naturels en contexte de pandémie.

La démarche veut favoriser une reprise de l’engagement des aidants naturels en tant que partenaires de soins après que la COVID-19 n’ait empêché plusieurs aidants naturels d’accéder aux établissements de santé et aux centres de soins de longue durée.

Ce que contient la boîte à outils personnalisable de l’initiative Partners in care

  • Un modèle d'insigne d'identification pour les aidants naturels
  • Une charte définissant les responsabilités en matière de santé et sécurité des proches aidants et des établissements de soins de santé
  • Un aperçu des tâches typiques d'un aidant naturel et autres informations pertinentes

Notre initiative vise à favoriser la reconnaissance de la contribution des aidants naturels envers la personne dont ils prennent soin. L'idée est de les considérer comme faisant partie de l’équipe médicale, explique Amy Coupal, directrice générale de l'organisme de soutien aux aidants naturels de l’Ontario.

Elle espère que la boîte à outils de Partners in care provoquera des discussions sur l'inclusion des aidants naturels dans les hôpitaux et les centres de soins de longue durée de la province.

Faire partie de l’équipe

Marlene O’Reilly est une proche aidante à temps plein. Son fils, aux prises avec un trouble de mutation génétique rare, nécessite une attention constante.

Avant, quand on me demandait ce que je faisais dans la vie, j’avais de la difficulté à répondre. Comment décrire ce que je fais? Je suis débordée, je travaille à temps plein, mais je n’ai pas de titre.

Marlene O’Reilly, aidante naturelle

C’est en rejoignant l’établissement de Stratford de l’Alliance de soins de santé Huron Perth, dans le sud de l’Ontario, qu’elle a pris confiance en son rôle.

C'est que le centre de santé, qui est l’un des deux premiers établissements à faire partie de l’initiative Partners in care, développe une politique d’identification et d’intégration des proches aidants depuis quelques années, en collaboration avec la fondation Change.

Son modèle fait d’ailleurs partie des inspirations du programme Partners in care.

Participer à des rencontres avec l’équipe médicale où l’on discute de stratégies de soins pour mon fils et où l’on prend mon rôle au sérieux, ça me donne beaucoup de force , témoigne Mme O'Reilly. Je suis sa voix, dit-elle.

Elle ajoute qu’être identifiée clairement comme étant une proche aidante facilite les interactions du quotidien avec le personnel médical. À qui doit parler le personnel médical? C’est beaucoup plus facile pour eux de le savoir.

C’est l’impression d’être une équipe. C’est s’assurer de rencontrer les attentes de tous et de toutes et que l’information est claire.

Marlene O’Reilly, aidante naturelle

Et souvent, dit Mme O'Reilly, les proches aidants se butent à des problèmes pouvant être réglés avec des directives claires. Où puis-je trouver à manger ? Puis-je quitter la chambre ? Où puis-je prendre une douche ? illustre-t-elle.

Une initiative prenant racine dans le sud de la province

Les deux premiers établissements à prendre part à l’initiative Partners in care se situent dans le sud de la province.

Radio-Canada a contacté les cinq plus importants hôpitaux du Nord de l’Ontario afin de mesurer leur intérêt par rapport au projet.

Le Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay ainsi que l’hôpital Horizon Santé-Nord, à Sudbury, ont répondu avoir leur propre politique pour les aidants naturels en temps de pandémie. Les autres établissements n’ont pas donné suite à nos demandes.

L'Association des soins de longue durée, qui regroupe près de 70 % des centres de soins de longue durée de la province, s’est engagée à partager les ressources offertes par Partners in care avec ses membres.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Établissement de santé